Parents-Secours Chambly menacé de diparaître

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Parents-Secours Chambly menacé de diparaître
L’organisme Parents-Secours Chambly peine à survivre. Sans la venue de nouveaux bénévoles, il pourrait bien fermer ses portes. (Photo : courtoisie)

L’institution Parents-Secours est établie au Québec depuis 1976. Implanté dans les familles ouvrant les portes de leur foyer de façon altruiste, l’organisme représente tout un réseau de bénévoles. Puisqu’il vit une pénurie de ceux-ci, le comité de Parents-Secours Chambly risque de débrancher le service.

Assurant la sécurité et la protection des enfants et des aînés par l’entremise d’un réseau de foyers-refuges sécuritaires tout en contribuant à promouvoir la prévention par l’information, Parents-Secours est cette entité que l’on reconnaît par son affiche-fenêtre rouge et blanche, placée en évidence dans la fenêtre à l’avant du foyer-refuge. Ce symbole d’une femme tenant un enfant par la main en est un de protection et de sécurité.

Après avoir été dissous en 2006, Parents-Secours Chambly renaissait de ses cendres en 2016. Or, ce sont des moments difficiles que vit actuellement le comité qui chapeaute une cinquantaine de foyers-refuges à Chambly.

« Nous ne sommes que quatre au sein du comité. Nous sommes tous parents et nous manquons de temps. Idéalement, nous aurions besoin d’au moins deux ou trois bénévoles supplémentaires » explique Sylvie Correia, présidente de Parents-Secours Chambly et mère de trois enfants.

« Les gens ne savent pas nécessairement que nous existons encore. » – Sylvie Correia

Recrutement difficile
En cette ère, le recrutement de bénévoles n’est pas chose simple. Outre celle des médias sociaux, l’organisme chamblyen profite de la visibilité que peuvent offrir les fêtes de quartier. En raison du manque d’effectifs, l’organisme n’a pu y être cette année.

« Les gens ne savent pas nécessairement que nous existons encore. Il y a aussi peut-être de la méfiance avec tout ce que nous avons relativement aux invasions de domicile », émet hypothétiquement Mme Correia quant aux raisons expliquant la difficulté d’agrandir l’équipe.

Devenir foyer-refuge
Pour être un parent-secours, il faut être majeur et n’avoir (ainsi que toutes les personnes de 12 ans et plus habitant à la même adresse) aucun antécédent ayant rapport avec la violence, le sexe, le vol et la fraude, les drogues et autres substances ou tout autre comportement qui irait à l’encontre de la mission de l’organisme. L’habitation doit posséder une fenêtre, visible de la rue et située à côté de la porte d’entrée. Il doit également y avoir un accès direct avec l’extérieur, ce qui exclut plusieurs habitations à logements multiples.

En 2017-18, au Québec, Parents-Secours, c’était 83 comités dans 136 localités se composant de 4 224 foyers-refuges où résident 7 685 bénévoles. Les foyers-refuges sont intervenus 257 fois, permettant aux enfants et aux aînés de rentrer chez eux sains et saufs.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de