Nouveaux tarifs au 1er juillet dans les transports en commun

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Nouveaux tarifs au 1er juillet dans les transports en commun
(Photo : archives)

La refonte de la grille tarifaire a été approuvée le 18 décembre, élaborée et adoptée par le conseil d’administration de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) le 15 avril. Hier, le 29 avril, elle était dévoilée.

Afin de simplifier la vie des usagers, l’ARTM, responsable de la tarification dans la région, a présenté jeudi dernier la mise en place de la première étape de son projet de refonte tarifaire qui s’appliquera dès le 1er juillet.  Entre 2021 et 2025, l’implantation de la grille tarifaire se fera par étapes.

L’une des simplifications de l’ARTM est d’avoir découpé son territoire, qui comptait six zones, en quatre zones. La Zone A concerne Montréal, et la Zone B, Laval et Longueuil. Les annonces tarifaires concernant ces deux zones seront faites en juillet 2022, au moment de l’implantation du REM.

Les tarifs de transport en commun qui ont été dévoilés concernent les rives sud et nord, ainsi que les municipalités hors territoire. Ces deux catégories sont regroupées respectivement dans les zones C et D. Deux zones où se trouvent les municipalités couvertes par le journal, à l’exception de Saint-Césaire.

Deux titres
Deux titres seront mis de l’avant, les « tous modes » et « bus partout ». L’annonce de la grille tarifaire des billets « bus partout » sera faite en juillet 2022.

Les tarifs seront en légère hausse pour 5 % des usagers de l’ensemble du réseau de l’ARTM. Cette hausse est expliquée par l’ARTM dans les cas où les usagers auront une amélioration du service et elle sera répartie sur quatre ans.
L’ensemble des tarifs de cette nouvelle grille sera favorable ou neutre dans 95 % des cas.

1er juillet
C’est la date de mise en place de la nouvelle grille tarifaire de l’ARTM dans la région.

Phase 1
Les annonces faites jeudi ne concernent donc que les zones C et D.
Dans cette première phase, ce sont 153 titres de transport qui ont été supprimés par l’introduction des nouveaux titres « tous modes ». Tous les titres existants dont les tarifs sont inférieurs à ceux des nouveaux titres seront maintenus. À l’inverse, tous les titres existants dont les tarifs sont supérieurs à ceux des nouveaux seront retirés.

Il y aura une indexation moyenne de 2 % des tarifs sur l’ensemble du territoire métropolitain, sauf pour les titres unitaires RTL, STL et STM,qui demeurent au même prix qu’actuellement.

Pour les titres « tous modes » en zones C et D, un passage unique, deux passages ou 10 passages ont été des options ajoutées à la grille tarifaire. Pour faire un trajet en zone C ou D, il en coûtera 3,50 $, pour deux passages, 6,50 $, et pour 10 passages, 30,50 $.

L’abonnement mensuel sera de 102 $, et l’annuel, 1 122 $. Il y aura une réduction de 40 % pour les tarifs réduits.
Pour les zones ABC, l’abonnement annuel sera de 1 980 $, le mensuel 180 $, 10 passages 64 $, deux passages 17 $, et un passage 7 $.

Pour les zones ABCD, l’abonnement annuel sera de 2 750 $, le mensuel 250 $, 10 passages 75 $, deux passages 17 $, et un passage 8,75 $. Le tarif réduit le sera de 40 %.

Dès le 1er juillet, ces tarifs seront donc applicables, mais les anciens titres de transport déjà acquis seront toujours valables et progressivement éliminés sur quatre ans.

En juillet 2023, les titres « tous modes » entre les zones BC, BD et CDseront émis.

Après la consultation publique
À la suite de la consultation publique, des modifications au plan initial de la grille tarifaire de l’ARTM ont été apportées.

C’est ainsi qu’il y a eu une harmonisation des rabais aux étudiants à 40 %. La gratuité de l’ensemble des transports est désormais élargie aux enfants de moins de 12 ans accompagnés d’une personne de plus de 14 ans qui paiera leur titre de passage. Enfin, les tarifs instaurés par les municipalités seront préservés, comme l’accès gratuit à certains services de bus locaux ou des rabais à certaines clientèles comme les aînés.

Des pertes de 1,2 Md$
Actuellement, il y a 35 % de l’achalandage régulier. Il y a donc des pertes de 65 %. Pour les années 2020 et 2021, ces pertes sont chiffrées à 1,2 milliard de dollars.

« Grâce aux subventions de Québec et d’Ottawa, nous avons récupéré ces pertes. C’est aussi grâce à nos propres restrictions », a indiqué Daniel Bergeron, directeur exécutif, Planification des transports et mobilité à l’ARTM.
Deux rencontres d’information virtuelles seront proposées à tous par l’ARTM, les 18 et 19 mai. Une présentation de la grille tarifaire peut déjà être consultée sur le site de l’ARTM.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires