Nos militaires en concert

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Nos militaires en concert
Dirigé par l'adjudant Martin Savard, l'orchestre de l'École de Leadership et de Recrues des Forces canadiennes (ELRFC) a donné des frissons au public du festival de musique à l'image organisé par la Ville de Richelieu. (Photo : Chloé-Anne Touma)

C’est lors du Micro-festival de musique à l’image de Richelieu, accessible gratuitement et sous réservation, le 24 juillet dernier, que l’ensemble musical de l’École de Leadership et de Recrues des Forces canadiennes (ELRFC) a fait vibrer son premier public depuis la pandémie, faisant concurrence aux grands orchestres de Montréal.

En matière de festival et de concerts, la ville de Richelieu a ainsi montré qu’elle n’avait rien à envier à la métropole, réunissant musiciens et artistes de la région devant l’église Notre-Dame-de-Bonsecours, sur une estrade d’envergure.

« Ce genre de démonstration est rare, nous ne faisons habituellement pas de tournée, et avons été plutôt timides pendant la pandémie puisqu’on n’avait pas le droit de jouer en groupe.», explique, en entrevue avec le journal, l’adjudant Martin Savard, directeur musical de l’ensemble. « Nous faisons surtout des parades à l’interne, sur le site de la Garnison Saint-Jean située à Saint-Jean-sur-Richelieu. Nous avons des jeunes et moins jeunes dans nos rangs. Toutes les recrues du Canada se sont formées à Saint-Jean, ce qui fait la diversité de notre formation. La composition de l’orchestre n’est jamais la même, nous avons des musiciens qui viennent de Sherbrooke, de Québec, de Montréal, etc., et c’est moi l’homme à baguette en avant ! Je suis le chef d’orchestre, et j’ai toute une équipe avec moi qui m’aide à choisir les morceaux du répertoire. »

« Peu de gens savent qu’il y a des musiciens dans l’armée,  et c’est notre rôle de faire des prestations pour en faire connaître l’existence au public. » – Martin Savard

Des incontournables musicaux

Au menu, une sélection variée pour tous les goûts, dont l’hymne national du Canada, une marche militaire et bien plus encore, a animé la foule. L’orchestre a fait chanter, danser et taper des mains les spectateurs nostalgiques sur des chefs-d’oeuvre d’hier du grand écran, comme le thème de La Mélodie du bonheur, a fait faire des pirouettes aux enfants sur la musique de Nino Rota composée pour le film 8 ½ de Fellini, et fait battre les coeurs des amateurs de culture populaire au rythme du thème de la série Game of Thrones (Le Trône de fer), un immanquable. « Notre spécialité réside dans la musique du cinéma italien, mais on ratisse large et on adapte notre répertoire au type d’événement. Dans le cadre de L’Été Show, on a joué de la musique latine, accompagnés de chanteurs cubains. »

Avec le chef d’orchestre, ce sont près d’une quarantaine de musiciens, incluant deux animateurs au micro, qui ont fait passer un moment festif et mémorable aux invités. « En été, on est toujours plus nombreux, sinon on est seulement trois à temps plein, qui comprenons la logistique de la musique. Plusieurs viennent nous soutenir pour la saison estivale. Nous sommes entre 35 et 40 musiciens à composer l’ensemble. On a des instruments à vent, des cuivres, un pianiste qui joue sur certaines pièces, des percussions, et une contrebasse en guise d’instrument à cordes. Les saxophonistes étant trop nombreux, ils doivent parfois échanger de place avec leurs collègues, et rester en retrait pendant que l’on joue certaines pièces. »

L’adjudant Savard admet que la polyvalence des militaires est souvent élément de surprise. « Il est vrai que plusieurs métiers qui existent au sein des Forces armées sont toutefois méconnus du public. Le métier de musicien en fait partie. Peu de gens savent qu’il y a des musiciens dans l’armée,  et c’est notre rôle de faire des prestations pour en faire connaître l’existence au public. »

Pour l’instant, bien que l’ensemble n’ait aucun concert futur à ajouter à sa programmation estivale, le succès de sa dernière démonstration et le déconfinement devraient attirer les sollicitations pour de prochains spectacles. « On essaie toujours de faire de nouveaux concerts, et avec le retour à la normale, on va voir ce qui pourra se faire. Ce qui fait notre bonheur, c’est de jouer pour faire plaisir au public, et on espère qu’il y aura des demandes. », termine l’adjudant Savard.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires