Michel Marchand : un homme visionnaire

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Michel Marchand : un homme visionnaire
Michel Marchand avait été élu pour la première fois en 1997. (Photo : courtoisie)

L’ancien maire et conseiller municipal de Marieville, Michel Marchand, a rendu l’âme le 11 juin dernier.

Dans la foulée des fusions municipales au Québec, effectives au début des années 2000, la Municipalité de Sainte-Marie-de-Monnoir et la Ville de Marieville se sont regroupées. « Il ne se passait rien à Marieville, à l’époque. Disons que c’était une ville en dormance. Il était un visionnaire et un homme d’action. On a travaillé sur les possibilités que la Ville avait déjà, mais qui n’avaient pas été exploitées », précise Francine Tétreault, directrice générale de la Ville de 1979 à 2019. Elle rappelle les dettes de l’époque, que traînait la Municipalité au moment de l’arrivée de M. Marchand. « C’est son équipe et lui qui ont mené Marieville où elle est aujourd’hui. Il a fait rayonner Marieville », résume l’ancienne DG.

« Il a mis Marieville sur la map », exprime ouvertement Nancy Dussault, conseillère municipale de 2000 à 2009. Elle joint sa voix à celle de Mme Tétreault pour parler « d’homme visionnaire ».

« Il a mis Marieville sur la map. » – Nancy Dussault

Histoire

M. Marchand a été élu pour la première fois en 1997 comme conseiller municipal à la Municipalité de Sainte-Marie-de-Monnoir. En 2002, il remporte une élection partielle à la Ville de Marieville et obtient ainsi son premier mandat de maire, lequel sera renouvelé aux élections de 2005 pour quatre ans. En tant que maire, il aura lancé deux grands projets de développement résidentiel à Marieville, le domaine du Boisé, à l’ouest, et le domaine des Ruisseaux, à l’est. En 2009, M. Marchand sera élu en tant que conseiller municipal du district numéro 3, un poste qu’il occupera jusqu’en 2013.

Afin d’honorer la mémoire de cet homme politique qui aura marqué l’histoire de sa localité, le drapeau de la Ville de Marieville a été mis en berne au mât de l’hôtel de ville la semaine dernière.

 

Partager cet article