Marc Hervieux en spectacle au Marché de Noël

Par Martine Veillette
Marc Hervieux en spectacle au Marché de Noël
Marc Hervieux présentera un spectacle à Marieville le 7 décembre. (Photo : courtoisie)

Le ténor Marc Hervieux sera en spectacle le 7 décembre à l’église Saint-Nom-de-Marie, à Marieville, dans le cadre du Marché de Noël.

Dès 19 h 30, le chanteur lyrique entonnera des chansons pour ceux qui se sont procuré un billet à la Maison des loisirs ou en ligne au lepointdevente.com. Marc Hervieux a déjà offert un spectacle au Marché de Noël en 2011. « Ce concert reste gravé dans bien des mémoires et c’est pourquoi nous avons souhaité le recevoir à nouveau pour notre 10e anniversaire », indique la Ville de Marieivlle.

Le Journal s’est entretenu avec l’artiste en cette période des Fêtes.

Qu’est-ce que ça vous fait de revenir à Marieville?

« C’est toujours plaisant que les gens t’aient assez aimé pour qu’ils aient le goût que tu reviennes. Je me souviens bien de l’église. J’aime les concerts dans les églises, particulièrement ceux du temps des Fêtes. Il y a quelque chose dans l’air qui met l’ambiance au maximum. J’ai bien hâte d’y être. »

À quoi peut s’attendre le public au cours de ce spectacle?

« C’est un spectacle qui regroupe autant des chansons populaires de Noël que des cantiques. Il y a aussi des chansons de mon disque de Noël. Ce sont des chansons que j’ai composées pour mes filles. Au départ, je ne pensais pas faire un CD avec. Finalement, il s’est vendu en 35 000 copies. Quand je fais ces chansons, les gens sont toujours surpris. Ce n’est pas si évident de créer de nouvelles chansons de Noël. Elles sont un peu plus modernes. Il y a également des chansons qui ne sont pas de Noël. C’est un mélange de tout ça. Je raconte aussi des anecdotes de Noël de mon enfance. »

Vous présentez un spectacle de Noël. Parlez-nous de ce que représente cette fête pour vous.

« J’adore Noël! Je ne suis pas du tout le grinch. Il y a beaucoup de monde à la maison, de la famille, des amis. Il y a aussi beaucoup de bouffe. On joue dehors. Pour moi, c’est une période occupée jusqu’à l’avant-veille de Noël. Ça fait du bien d’arrêter et de relaxer. »

Ça se passait comment, dans votre enfance?

« Je viens d’un monde ouvrier et modeste. Il y avait une immense fierté de fêter Noël et de pouvoir donner des cadeaux à chaque enfant. J’ai deux sœurs et un frère. La table était garnie. On déballait nos cadeaux après la messe de minuit. Ils étaient apparus comme par magie durant la messe! Ensuite, on réveillonnait. Ce sont de beaux souvenirs de mon enfance. Le jour de Noël, on avait un souper traditionnel. Mon père était très nostalgique. Quand il nous faisait la bénédiction au Jour de l’An, il n’était jamais capable de finir parce qu’il était trop ému. »

Pourquoi avez-vous choisi de chanter davantage des chants lyriques?

« Plus jeune, j’étais fasciné quand je voyais un chanteur classique à la télévision; on en voyait souvent. Ça m’impressionnait que ces chanteurs puissent émettre autant de son avec juste deux cordes vocales! Alors qu’on n’entendait pas du tout de chants lyriques ou d’opéra chez nous quand j’étais enfant. J’avais cette curiosité d’explorer. Quand on le fait, ça devient tripant. Quand tu es devant, en soliste, et que derrière, il y a 80 musiciens et que sans micro, t’es capable de les clencher, c’est impressionnant! Je ne me prive pas de faire autre chose et d’explorer. »

Pourquoi c’est important pour vous de le rendre accessible, voire populaire?

« Je ne suis pas d’accord avec le fait que ce ne soit qu’élitiste, l’opéra. Peu importe la musique que tu écoutes, il faut que tu l’écoutes avec le cœur. Tu as le droit d’aimer quelque chose sans en être un connaisseur extraordinaire. Il faut enlever les barrières qui laissent croire que ça prend une maîtrise universitaire pour avoir le droit d’aimer le classique. »

Quel type de spectacle préférez-vous faire? En solo, avec d’autres chanteurs ou avec des orchestres?

« C’est une expérience différente selon ce qu’on fait. Chaque expérience est unique. Honnêtement, je ne peux pas dire que j’aime mieux l’un que l’autre. Mais le travail d’équipe, j’aime bien ça. »

À quoi ressemble votre horaire?

« Mon horaire est très rempli. J’anime plusieurs émissions sur Ici Radio-Canada première, la chaîne musicale de Radio-Canada et de musique classique. Avec Pierre Brassard, on a préparé une émission de Parasol et gobelets (aussi sur les ondes de la radio de Radio-Canada) pour le temps des Fêtes. Je fais beaucoup de radio. Je prépare l’Opéra Nelligan (dans lequel il incarne Nelligan âgé), qui sera présenté au TNM à partir du 14 janvier. Je fais ma tournée de Noël à moi, ensuite commencera Décembre, de Québec Issime, à la Place des Arts. C’est ma troisième année. »

Comment réussissez-vous à voir votre famille?

« Une chance que j’ai de l’énergie en masse. Aussitôt que j’ai du temps, on fait un repas en famille. Il faut aussi aider les choses. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de