Maison Boileau : une exposition qui suscite des questions

Par Annabelle Baillargeon
Maison Boileau : une exposition qui suscite des questions
(Photo : Courtoisie)

Dans son programme électoral, le parti Action Chambly du maire Lavoie annonce mettre sur pied une exposition permanente à la maison Boileau sur Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry. Cet engagement est critiqué par les Amis de la maison René-Boileau, qui estiment que Salaberry n’a pas sa place à la maison du notaire Boileau.
« C’est un rendez-vous manqué avec l’histoire, pourtant très riche de Chambly. Salaberry était un royaliste qu’on veut installer dans une maison patriote. C’est une mauvaise blague à l’histoire », estime la porte-parole du groupe de citoyens, Louise Chevrier.
Dans une lettre ouverte envoyée aux médias, les Amis de la maison Boileau soulignent l’importance de maintenir le lien entre un site et son histoire lorsqu’on fait de l’interprétation historique.
« Pourquoi reproduire à Chambly ce qui existe déjà dans plusieurs autres lieux historiques alors que nous avons une histoire locale riche et que foisonnent les artéfacts et documents de tous genres pour l’illustrer », questionne le mouvement dans sa lettre.
Lavoie estime quant à lui qu’une exposition sur Salaberry permettra d’enrichir l’offre touristique et patrimoniale de la ville, en honorant ce personnage qui fut le premier à affirmer l’identité québécoise.
« L’histoire à Chambly est tellement riche, qu’il y aura toujours quelqu’un qui pourrait avoir sa place, mais il faut quand même regarder qui a un impact majeur, commente le maire. Il y a eu plusieurs présidents aux États-Unis, mais on appelle Washington, parce que c’est lui qui a bâti la ville. Dans ce sens-là, il y a une hiérarchie. »
« On va mettre en lumière Boileau, l’un n’empêche pas l’autre, nous allons regarder la possibilité. L’implication de Boileau au travers de la révolte des patriotes est très mineure », ajoute M. Lavoie.

Potentiel

Depuis plus d’un an, les Amis de la maison René-Boileau ont dépouillé les archives pour découvrir des centaines d’actes, de photos, de plans et une correspondance des vieilles familles de Chambly dans le fonds Gravel-St-Aubin. L’histoire du site révèle la présence d’un marché public, d’un magasin général, de l’école des demoiselles de Madeleine Brousseau, de la fondation de la caisse populaire, etc.

« C’est un rendez-vous manqué avec l’histoire, pourtant très riche de Chambly. »
– Louise Chevrier

Le dossier de sauvegarde de la maison a traversé les frontières et a atteint un descendant direct de la famille au Massachusetts, Charles Cell. Ce dernier a offert à la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly (SHSC), près de 400 pages de documents originaux manuscrits à la main, du père du notaire patriote. M. Cell a aussi offert une copie du portrait de Gannes de Falaise, la mère du notaire Boileau à la SHSC.
« On veut faire connaître l’histoire et que les citoyens se l’approprient. La maison Boileau a encore beaucoup à révéler », ajoute l’auteure de la série historique, Les chroniques de Chambly.

Le portrait de Gannes de Falaise.

Collaboration

Si le chef d’Action Chambly ne se ferme pas à l’idée de laisser une place à René Boileau, Mme Chevrier s’étonne de ce revirement, après « un an de silence ».
À plusieurs reprises au cours de la dernière année, les Amis de la maison Boileau ont proposé leur collaboration par courriel et aux assemblées du conseil pour le projet de mise en valeur du site historique. Le groupe citoyen regrette que ses invitations soient demeurées sans réponses.
« Ce n’est pas un organisme reconnu, justifie le maire. Rien n’est coulé dans le béton, mais la maison Boileau reste la propriété de la population et les représentants des citoyens prendront leurs décisions. Ce n’est pas parce qu’un groupe se met ensemble qu’il peut passer par-dessus les élus par la population. Le conseil prend les décisions que la majorité veut », lance le maire.
La SHSC n’a pas été consultée quant au projet d’exposition du héros de Châteauguay à la maison de la rue Martel proposée par Action Chambly.
« On travaille avec la Société sur un ensemble de dossiers et on va continuer de le faire », assure M. Lavoie.

Droit à l’image

Action Chambly a publié, le 19 octobre, qu’il continuerait de travailler afin de promouvoir et honorer le patrimoine de la ville. « Bientôt, la maison Boileau deviendra la porte d’entrée touristique de Chambly. Fort de l’appui de M. Paul-Henri Hudon, de Mme Louise Chevrier, M. André Bujold et Mme Jan Johnson dans son sauvetage, nous travaillons et continuerons de travailler avec acharnement », affirme-t-on sur la page Facebook.
Ce commentaire a fait sursauter les Amis de la maison Boileau. « Jamais nous n’avons autorisé qui que ce soit, qui gravite de près ou de loin, du parti Action Chambly – Équipe Denis Lavoie, ni aucun autre parti politique, que nos noms et notre image soient utilisés à des fins électorales », rétorque André Bujold sur les réseaux sociaux.
Il demande au parti de retirer la photo et leurs noms de leur publication, sans quoi ils se tourneront vers des voies légales.
 
 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de