Lumicité : le promoteur ne baisse pas les bras

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Lumicité : le promoteur ne baisse pas les bras
Mario Gisondi croit en « Lumicité sur les écluses ». (Photo : Courtoisie et Chloé-Anne Touma)

Bien que des citoyens aient fait barrage à son projet d’habitations sur le site de l’ancienne usine Agrico à Chambly, le promoteur et fondateur de Lumicité, Mario Gisondi, espère toujours pouvoir y construire les logements « Lumicité sur les écluses ».

Le journal a rencontré M. Gisondi en plein cœur du quartier Lumicité Nature, à Sainte-Julie, où il réside avec sa conjointe. « C’est un milieu de vie tel que nous souhaitons en créer un à Chambly », déclare d’emblée le promoteur, qui estime que son projet n’a pas été bien compris par tous les citoyens, ce qui aurait mené, selon lui, à la tenue des registres en sa défaveur.

Rappelons que François Normand, l’un des opposants qui habitent la zone contiguë au site, a mentionné au journal que bien qu’ils ne soient pas entièrement contre le projet, les signataires soulèvent plusieurs irritants : « Nous souhaitons le retrait du bâtiment de six étages (…) compte tenu de l’achalandage massif qui s’ajoutera, nous avons demandé s’il était possible que la rue soit asphaltée sur une certaine distance. Sinon, cet achalandage additionnel aggravera l’état de la rue, qui est déjà dans un état lamentable, alors que nous sommes peu nombreux à l’emprunter; nous souhaitons également que la possibilité de tourner à gauche (vers Richelieu) soit maintenue dans son état actuel ou avec un nouveau feu de circulation; finalement, nous demandons qu’un terrain en triangle, qui longe le canal et se trouve devant les résidences de certains citoyens concernés, soit protégé afin qu’aucune construction de résidence ne puisse s’y ajouter à l’avenir. »

« Ils ont dit qu’ils n’étaient pas totalement contre le projet, ce qui veut dire qu’il pourrait y avoir une ouverture de leur part. » – Mario Gisondi

À cela, M. Gisondi, qui affirme avoir déjà investi 1 M $ dans le projet, répond que d’autres promoteurs pourraient à leur tour jeter leur dévolu sur le site. « Voyant dans le journal que j’avais du mal à faire accepter le projet, des concessionnaires m’ont approché et ont manifesté leur intérêt pour le terrain. Est-ce vraiment ce que l’on veut? » Quant au nombre d’étages, il ajoute que « Ce ne sont pas cinq bâtiments de six étages que l’on veut construire, contrairement à ce qui a souvent été rapporté. Seul l’un des bâtiments aurait six étages, pour cacher le toit des autres de quatre étages, du point de vue des passants circulant sur le viaduc », explique-t-il, soutenant qu’aucun aspect de l’architecture n’avait été négligé. « Elle a bien été pensée, en diagonale, afin d’offrir à chaque logement une vue sur le canal. Le concept de Lumicité sur les écluses en est un à nature humaine, qui conserve 54 % du terrain pour les boisés, les plans d’eau et les aménagements en espace vert. Pas moins de 32 espèces d’arbres, de plantes en font également partie. C’est un milieu de vie inspiré du canal et du boisé, qu’il met d’ailleurs en valeur », décrit celui qui y a notamment travaillé avec Louis Dubuc, bachelier en architecture de paysage. « On n’a rien laissé au hasard. Les trois quarts du stationnement prévus seraient souterrains. Les stationnements à ciel ouvert ne serviraient essentiellement qu’aux visiteurs. Nous visons une clientèle âgée de 55 ans et plus. Le projet s’adresse à ceux qui veulent se défaire de leur maison, dont ils ne souhaitent plus s’occuper, et qui ne veulent pas vivre en résidence pour aînés mais veulent habiter un beau milieu de vie, tout en restant à
Chambly. »

Le concept projeté de « Lumicité sur les écluses »

L’incompréhension

M. Gisondi ne conçoit pas que la Ville n’ait pas été en mesure de s’entendre avec les citoyens qui ont signé les registres ayant bloqué le projet à la mi-juin. « Il y a un réel besoin de logements, et nous étions si avancés dans le projet », insiste le promoteur, qui, bien qu’il n’ait assisté à aucune rencontre tenue entre les citoyens réfractaires et la Ville, affirme aujourd’hui vouloir s’asseoir avec eux et leur réexpliquer son projet. « Ils ont dit qu’ils n’étaient pas totalement contre le projet, ce qui veut dire qu’il pourrait y avoir une ouverture de leur part. Je reste donc optimiste et compte leur proposer d’en discuter en personne, ce que la Ville m’avait pourtant dissuadé de faire jusqu’à présent », prétend-il.

Il y a quelques semaines, en réaction au dénouement ayant bloqué le projet, la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé, avait elle-même déclaré qu’elle et le reste du conseil étaient « convaincus que tous y verraient les bénéfices, dans le contexte de la crise du logement. On a parié, on a perdu. Ils viennent de bloquer le projet. On se dit qu’il est inconcevable que l’on n’ait pu mieux le présenter, en discuter et mettre de l’avant ses points positifs. » La mairesse avait aussi indiqué au journal que la Ville ne comptait pas donner suite aux registres par la tenue d’un référendum, estimant que ce serait perdu d’avance. Toutefois, lors de la dernière séance du conseil municipal, la greffière, Me Nancy Poirier, a déclaré que la Ville procédait à une « vérification, donc, il n’y a pas de décision prise pour l’instant ».

Si son projet finit par être accepté, M. Gisondi rappelle que 10 % des appartements de condominiums seront consacrés au logement abordable et qu’il contribuera à hauteur de 200 000 $ aux fonds pour le logement social. Par ailleurs, Lumicité remettra 2 115 000 $ à la Municipalité pour l’amélioration urbaine. « Il ne faut pas oublier que l’ajout d’habitations injectera dans les coffres de la Municipalité des sommes importantes en taxes de mutation et en taxes municipales pour les décennies à venir. »

Le concept projeté de « Lumicité sur les écluses »
Partager cet article