Loïc Beauchesne, un passionné de politique

Loïc Beauchesne, un passionné de politique

Loïc Beauchesne, résident de Chambly qui étudie au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, se souviendra longtemps de son début d’année 2016. Du 11 au 15 janvier, il a présidé la 24e législature du Forum étudiant à l’Assemblée nationale à Québec. Une expérience c

Loïc Beauchesne avait envoyé sa candidature à l’automne 2015 pour participer à ce rendez-vous politique annuel. Le 11 janvier dernier, il se trouvait maintenant devant les juges. L’heure avait sonné. Son discours était prêt. Il devait se démarquer parmi trois candidats pour tenter d’accéder à la présidence de l’Assemblée.

«J’ai lu mes premières lignes… et j’ai tassé mon texte!» raconte avec entrain Loïc Beauchesne. «Je me suis mis à improviser, à faire des blagues. J’ai détendu l’atmosphère. Je crois que les juges m’ont bien aimé à cause de ça. Ils ont vu que j’avais confiance en moi, que je pouvais gérer mon stress.»

C’est ainsi que l’étudiant en sciences humaines, profil ouverture sur le monde, du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu a été élu à titre de président de l’Assemblée.

Il s’est taillé une place de choix lors de cette simulation qui permet aux collégiens de s’initier au travail des parlementaires.

«Quand on est président, il faut être allumé», assure-t-il. Tout comme dans une vraie séance parlementaire, le rôle du président du Forum étudiant consiste à guider la séance. Il doit assurer le respect des règles et des temps de paroles, sans se mettre un parti à dos.

«Il faut être impartial, diplomate et capable de régler la situation rapidement. Tu fais appel aux règlements, mais tu as à peu près 20 secondes pour prendre une décision juste», d’expliquer M. Beauchesne.

Trois projets de loi

Quelque 140 collégiens ont participé au Forum étudiant, dont sept du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Cette année, les participants de la région siégeaient à l’opposition officielle. Durant la semaine, trois projets de loi ont été étudiés. Il s’agit de la Loi optimisant l’éducation préscolaire, primaire et secondaire, la Loi créant l’Agence québécoise d’achat et d’approvisionnement en médicaments et la Loi sur la réforme des élections provinciales.

Selon Loïc Beauchesne, participer à cet événement est un atout pour les étudiants qui aspirent œuvrer en politique. «Qu’on pense ou non travailler à l’Assemblée nationale plus tard, le Forum étudiant permet de briser la glace dans le milieu. On se fait des contacts, on apprend sur le système parlementaire et ça paraît très bien dans un CV», de rapporter le jeune homme de 18 ans.

Modèles et inspirations

Le parcours de Loïc Beauchesne rappelle celui d’un autre président d’Assemblée. Félix-Gabriel Marchand, premier ministre du Québec de 1897 à 1900, s’est également plu à relever les défis de l’arbitrage à l’Assemblée nationale. L’homme politique johannais est d’ailleurs honoré cette année, à l’occasion des Fêtes du 350e anniversaire de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Loïc Beauchesne se prépare activement à une carrière politique à l’échelle nationale, et même internationale. L’étudiant, qui en est à sa dernière session au Cégep, envisage des études universitaires en relations internationales.

«À 12 ans, dans mes cours d’histoire, j’étais fasciné de voir les conséquences des décisions prises il y a longtemps, de voir comment notre pays a été créé. En 2012, il y a eu le printemps érable. Des jeunes, pas beaucoup plus vieux que moi, descendaient dans la rue pour protester. C’est venu me chercher. Pourquoi n’étaient-ils pas contents? Je me suis posé beaucoup de questions. C’est là que j’ai commencé à m’intéresser activement à la politique actuelle.»

Pour ajouter une autre corde à son arc, Loïc Beauchesne a pris part, en avril 2015, à une simulation de l’ONU, à New York.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires