L’île au Foin en voie d’être protégée

Par Annabelle Baillargeon

CARIGNAN. La saga de l’île au Foin à Carignan qui perdure depuis près de 15 ans risque de prendre fin bientôt. La Ville a déposé hier soir lors de la séance du conseil un avis de motion pour l’achat de l’île de dix hectares en vue de sa protection pour un

Un projet de règlement d’emprunt d’une valeur de 3,854 M$ sera voté lors de la prochaine assemblée municipale. Cette somme prévoit l’ensemble des coûts d’acquisition, de taxes et des autres frais incidents.

« Nous sommes en voie de résoudre ce projet pour préserver l’île vierge pour toujours! Après une rencontre avec le promoteur (Mario Venafro), nous avons convenu de travailler dans la même direction, ce qui permettrait un aboutissement de ce projet », a lancé le maire, René Fournier.

Pour arriver à cette solution, la ville a également adopté une résolution formelle demandant à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de participer au financement de cette acquisition par l’entremise du Programme d’aide financière pour les projets contribuant à la mise en place de la trame verte et bleue sur le territoire métropolitain.

Comme l’a souligné M. Fournier, ces deux résolutions sont liées. Si le montant obtenu par cette demande d’aide financière à la CMM n’est pas suffisant, la Ville n’a pas l’intention d’aller de l’avant dans l’achat de l’île.

« Ce ne sera pas aux citoyens d’assumer l’ensemble de la facture », a rassuré le maire. Ce à quoi des citoyens dans la salle ont répondu vivement : « Si ça ne fonctionne pas, on trouvera une autre solution! C’est pourquoi on vous a élu, on ne lâchera pas! »

René Fournier a renchéri en spécifiant que l’acquisition de l’île par le Ville mettrait fin à l’ensemble des recours juridiques et aux frais associés qui traînent depuis plusieurs années entre le promoteur et la Ville.

« Quand je me suis assis avec M. Venatro pour négocier, je lui ai dit que je souhaitais qu’il sorte la tête haute de tout ça. C’est alors que nous avons pu travailler dans le même sens », mentionne M. Fournier au Journal.

Un projet de développement

Le projet de développement résidentiel de maisons de luxe sur l’île au Foin, qui abrite un écosystème forestier exceptionnel, avait suscité une vive opposition citoyenne.

Le maire de l’époque, Jean-Guy Legendre, avait modifié les règles d’urbanisme afin de limiter ce projet. L’affectation de zone à haute densité sur l’île avait été retirée sur l’île, restreignant ainsi le projet de M. Venafro à la construction de maisons unifamiliales.

Ce dernier conteste depuis ce changement de zonage en cour. Il avait par la suite obtenu le feu vert en septembre 2013 des autorités gouvernementales l’aval pour son projet résidentiel.

L’administration de l’ancienne mairesse Louise Lavigne était d’ailleurs en faveur de ce projet de lotissement. À l’époque où il était conseiller, René Fournier s’opposait à ce projet, ce qui avait d’ailleurs mené à son élection.

La Ville souligne l’aide de Nature-Action Québec, qui a accompagné la Ville dans les démarches de recherche de partenaires financiers et qui a participé aux négociations avec le propriétaire, M. Venatro.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires