L’Hôpital vétérinaire de la Montérégie se prépare à agrandir

Par Annabelle Baillargeon
L’Hôpital vétérinaire de la Montérégie se prépare à agrandir

ANIMAUX. S’il obtient l’aval de la Ville de Carignan, le propriétaire de l’hôpital vétérinaire de la Montérégie, Patrick Aillerie, agrandira sa clinique afin de bonifier les services reliés aux animaux. Un projet qu’il chérit déjà depuis bien longtemps.

Le propriétaire de l’hôpital situé sur la rue Bellerive à Carignan a déjà mis en branle son projet en déménageant une grange centenaire qui se trouvait derrière la clinique, la semaine dernière.

Il attend maintenant de recevoir son permis de la Ville pour pouvoir aller de l’avant en augmentant la superficie de sa clinique à près de 8800 p2.

« Mon but, c’est de permettre aux animaux de faire de l’exercice et d’avoir des aires de jeux, en plus de tous les services de dressage, de toilettage ainsi que les soins liés à la clinique et à la chirurgie, comme les échographies, les radiographies, les radiographies dentaires », explique Patrick Aillerie.

En bordure de terres agricoles, de la musique classique est diffusée sur le terrain de l’hôpital, mettant en valeur le cachet du site.

« Nous voulons offrir un environnement propice à la nature et à la détente. Le but n’est pas commercial. C’est pourquoi nous voulions garder la grange, pour en garder le cachet », mentionne le vétérinaire.

L’équipe de Pierre Ross de Levage Senay était en charge du déménagement.

« Nous avons sécurisé et solidifié la structure. Nous faisons ça tous les jours, je ne suis pas inquiet. Ça va nous prendre trois jours », précise M. Ross. Le déplacement de la grange quelques mètres plus loin sur le terrain libérera l’espace nécessaire à l’agrandissement de l’hôpital.

Des temps durs

Si le projet d’agrandissement emballe Patrick Aillerie, les temps n’ont pas toujours été roses pour ce dernier, qui a travaillé fort pour faire son chemin.

« En 1991, je me suis installé au 1685 sur le boulevard Périgny à Chambly. Je suis partie de rien, je faisais de l’urgence jour et nuit, sept jours sur sept », se souvient-il.

Un violent incendie a ravagé la bâtisse le 23 avril 2013 vers 20 heures. Le feu avait été déclenché dans la sécheuse commerciale de l’établissement et s’était rapidement propagé dans la structure de cette dernière. M. Aillerie était parvenu à sauver les 10 patients.

« Ça l’a été très difficile pour moi à accepter, quand ça fait 23 ans que tu as une entreprise et que tu la perds du jour au lendemain, ce n’est pas évident », confie le propriétaire.

En trois semaines, il avait relocalisé ses services au 2694 chemin Bellerive, la maison qu’il avait acheté une dizaine d’années auparavant. La Ville l’avait alors aidé, lui donnant un permis temporaire, puisqu’il s’agissait une résidence agricole. Près d’un an plus tard, après plusieurs démarches, l’hôpital obtenait son permis permanent pour opérer à Carignan.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires