L’éthique remise en doute

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
L’éthique remise en doute
L’usine patrimoniale Bennett Fleet. (Photo : archives)

Un membre du comité consultatif d’urbanisme (CCU) milite contre le projet de la Bennett Fleet au sein du Mouvement citoyen de Chambly (MCC).

Le citoyen Guy Rochette est nommé à plusieurs reprises dans la lettre de dénonciation mentionnée en page 6 du journal. Il est membre, d’une part, du CCU de la Ville et d’autre part, du MCC. Au sein du MCC, il fait entre autres partie d’un comité spécial chargé de combattre le projet de Groupe Sélection sur le site de la Bennett Fleet, projet ayant occupé la table du CCU à maintes reprises. N’y a-t-il pas danger d’entorse à l’éthique? « Je ne peux pas dire oui ou non clairement. En tant que citoyen, il peut faire partie d’un comité et être activiste de l’autre côté. Ma réflexion n’est pas encore faite, hésite la conseillère Marie Lise Desrosiers. Je vais attendre les conclusions de l’enquête […] ce sera au commissaire à l’éthique à déterminer s’il y a conflit. Si tel est le cas, l’ensemble des municipalités devra s’assurer de trouver des citoyens qui sont totalement neutres », ajoute à son tour la conseillère Julie Daigneault.

« Je vais attendre les conclusions de l’enquête […] ce sera au commissaire à l’éthique à déterminer s’il y a conflit. » – Julie Daigneault

Le 17 août 2020, avant la tenue d’une réunion du CCU ayant lieu le jour même, il est possible de lire dans la lettre de dénonciation de la part d’une membre du MCC dans un groupe privé nommé MCC – Comité exécutif « Info confidentielle reçue ». Y est ensuite décrit un projet faisant l’objet d’une présentation au CCU le soir même.

Comment cette personne a-t-elle obtenu cette information qu’elle qualifie de confidentielle? « Je n’en ai aucune idée. Combien sommes-nous de membres au CCU? Je ne sais pas d’où ni de qui ça vient. Nous sommes plusieurs au CCU. Nous avons discuté de ça et avons eu une rencontre avec le CCU et le directeur général et nous avons pris les moyens nécessaires pour que ça ne se reproduise plus », assure Mme Desrosiers.

« J’ai côtoyé des gens pour qui l’éthique était tellement importante et pour qui l’on devait être au-dessus de la mêlée et ne jamais reproduire de comportements de la sorte […] il y a des gens autour de la table parmi les élus et les citoyens qui siègent qui se mobilisent contre les recommandations », résume la mairesse Alexandra Labbé.

Le Journal de Chambly a tenté de parler avec Guy Rochette. Celui-ci a préféré ne pas accorder d’entrevue.

À lire aussi sur le sujet : https://www.journaldechambly.com/demande-denquete-a-la-cmq/

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires