Le commerce Les d’Oeufs copines remis en vente

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Le commerce Les d’Oeufs copines remis en vente
Karl Moussette dit vouloir respecter la volonté des Chamblyens en remettant le restaurant en vente. (Photo : Réseaux sociaux et Chloé-Anne Touma)

Le nouveau propriétaire du restaurant Les d’Oeufs copines vient de le remettre en vente, seulement quelques semaines après en avoir fait l’acquisition.

Le 24 mars dernier, l’entreprise Investissement KM annonçait officiellement son acquisition du restaurant, comptant y aménager ses bureaux. Neuf semaines plus tard, KM a communiqué son intention de revendre la propriété commerciale afin de respecter la volonté des citoyens d’en conserver la vocation.

Un choix « humain »

« Il y a quelques semaines, nous avons fait l’annonce de l’acquisition du restaurant Les d’Oeufs Copines pour en faire nos futurs bureaux, et certains citoyens de Chambly ont manifesté leur désaccord avec le changement de vocation du restaurant. L’avis des citoyens est très important dans la réalisation de nos projets, et c’est pour cela que nous prenons les recommandations de ces derniers afin de nous adapter le mieux possible. À cet égard, nous avons pris la décision de ne pas aller de l’avant avec notre projet de construction comme les Chamblyens nous l’ont demandé. Dans un souci de préservation du patrimoine, nous allons remettre en vente le restaurant afin de lui donner l’opportunité de continuer à desservir la fidèle clientèle », a publié Investissement KM sur les réseaux sociaux.

« Ce n’est vraiment pas une décision gagnante du point de vue des affaires (…) C’est plutôt motivé par l’aspect humain. » – Karl Moussette

Le journal a pris contact avec son président, Karl Moussette, qui nous a assuré que son choix a été dicté par le cœur plutôt que la raison. « Ce n’est vraiment pas une décision gagnante du point de vue des affaires, car ce ne sera pas une revente rentable. C’est plutôt motivé par l’aspect humain. Lorsque nous avons annoncé l’achat, nous avons reçu plusieurs commentaires de citoyens qui ne s’en réjouissaient pas. Même si j’avais obtenu toutes les autorisations pour le changement de vocation, les réactions du public ont suscité en moi une réflexion », reconnaît le président, qui, après y avoir bien songé, a choisi de permettre à un restaurateur de reprendre le flambeau, ou plutôt, les fourneaux…

« Ce n’était pas du tordage de bras, personne ne m’y a obligé. Mais je vous avoue que ce genre de situation, soit le fait de reculer en raison de l’intérêt patrimonial défendu par les gens locaux, ça ne nous arrive pas fréquemment, rapporte M. Moussette. Les promoteurs qui écoutent l’opinion publique et les citoyens se font rares, mais, pour moi, ça demeurait important. »

Les offres des restaurateurs d’abord

S’il n’a pas encore trouvé de substitut pour y accueillir les nouveaux bureaux de son entreprise, ayant toujours ses locaux à Carignan, M. Moussette dit « garder l’œil ouvert ». En attendant, il entend considérer les offres des restaurateurs en premier. 

Et si aucune offre raisonnable provenant d’un acheteur au bon profil ne se présente à lui, pourrait-il revenir sur cette décision? « Non, car j’ai des principes et je les respecte. Je souhaite au moins que le cachet extérieur du bâtiment soit préservé. Bien que sa valeur patrimoniale ait été classée comme étant faible, vu les nombreuses transformations qui l’ont altérée, je crois que les citoyens de Chambly se sont tout de même attachés à son aspect, et il est certain que je ferai en sorte de choisir un acheteur à même de respecter cette intégrité patrimoniale, si ce n’est aussi la vocation de restaurant », promet
M. Moussette.

Le journal a obtenu la réaction de Kim Chaumont, ancienne copropriétaire du restaurant Les d’Oeufs copines, qui, avec Nancy Lemieux, a dit adieu au commerce après 14 ans de service. « Je suis heureuse que, peut-être, il y existera de nouveau un resto. Mais, personnellement, et pour mon bien-être, j’ai tourné la page », a-t-elle confié au journal, aujourd’hui très épanouie en tant que courtière en immobilier.

Partager cet article