Les samaritains sous le choc

Les samaritains sous le choc

DÉCÈS. Le décès de Jean-Marc Gagné tourmente les bons samaritains qui l’ont aidé à sortir de sa voiture en flammes après avoir percuté un arbre et un garde-fou sur le chemin des Patriotes à Saint-Mathias, dans la nuit du 18 octobre.

«Je me suis arrêté et je suis parti en courant», raconte Samuel Théberge, un jeune homme qui passait non loin de là en voiture.

Arrivé sur les lieux, un voisin, Pierre Chartier, avait déjà tenté à plusieurs reprises de libérer la victime, mais sans succès. C’est grâce au travail commun de M. Chartier, de Samuel Théberge et d’un autre jeune homme, Mathieu St-Louis, que  le blessé a pu être sorti de sa voiture. Les trois hommes l’ont ensuite transporté à un endroit plus sécuritaire. Au cours de l’intervention, Samuel Théberge s’est brûlé le front avec un morceau de plastique fondu.

 «Après, je n’étais pas capable de m’asseoir. J’étais hypernerveux», explique le jeune homme.  Il confie que cette scène hante encore son sommeil.

Depuis qu’il a appris le décès de Jean-Marc Gagné, il est encore plus marqué par les circonstances. «J’essaie de trouver la faille. Je réfléchis à ce que j’aurais pu faire de mieux», affirme-t-il.

Pierre Chartier soutient lui aussi qu’une telle tragédie est éprouvante mentalement. «C’est émouvant parce que j’ai été impliqué à 100%», déclare-t-il.

Même si la vitesse est peut-être en cause, cela ne change rien pour lui. «Ça reste un jeune homme dans le feu qui a voulu s’en sortir. Je suis ému parce qu’il était encore tout jeune.

Il aurait mérité de rester en vie», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires