Les RPA encore indemnes dans la région

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Les RPA encore indemnes dans la région
Les résidences pour personnes âgées peinent à trouver du personnel. (Photo : archives)

Les résidences pour personnes âgées de la région ne comptent pas de cas pour l’instant. Les directions « touchent du bois » pour que ça reste ainsi.

La directrice générale du Manoir Soleil, un CHSLD privé à Chambly, et celle de la résidence Rivière Richelieu affirment que dans leurs établissements, plusieurs mesures sont mises en place pour tenter de conserver un dossier vierge, bien qu’ils ne soient pas à l’abri.

« On essaie d’être en avant de la parade et de prévoir les coups », affirme d’emblée Brigitte Lafleur, de la résidence Rivière Richelieu. « On maintient les mesures au maximum », affirme de son côté Christine Grégoire, du Manoir Soleil.

Depuis que les villes de la CMM sont entrées en zone rouge, soit au début octobre, les visites aux résidants ont été suspendues. « C’est désagréable de ne pas voir son monde, mais ça aide à réduire le nombre de personnes qui peuvent passer », affirme Mme Grégoire. Pour pallier cet inconvénient, la technologie est utilisée abondamment. À la résidence Rivière Richelieu, les familles sont aussi appelées régulièrement pour recevoir des nouvelles. Des activités familiales ont été organisées au cours de l’été également.

« On essaie d’être en avant de la parade et de prévoir les coups. » – Brigitte Lafleur

Mme Lafleur souligne que les résidants ne sont pas confinés comme au printemps. « On a compris que ça peut avoir des séquelles chez certaines personnes », dit-elle. De plus, la résidence offre toujours les repas en salle à manger afin de permettre aux usagers de socialiser en respectant les mesures.

Depuis juillet, les employés des résidences sont testés hebdomadairement afin de dépister une personne qui serait asymptomatique. « On apprécie qu’ils viennent », soutient Mme Grégoire.

Main-d’œuvre

Depuis le début de la pandémie, les deux établissements ont misé sur le même personnel afin d’éviter le déplacement d’un employé entre deux centres et de risquer les contaminations. Les déplacements ne sont d’ailleurs plus possibles maintenant. Les deux directrices générales saluent d’ailleurs le dévouement de leurs employés, qui ne sont pas toujours en nombre suffisant.

La pénurie de personnel se fait sentir dans le réseau. L’annonce du gouvernement pour former des préposés en CHSLD a eu un effet négatif sur les résidences pour personnes âgées. « On vide une place pour en remplir une autre. Ça n’a pas été réfléchi », affirme Mme Lafleur. Elle précise qu’elle ne peut pas payer son personnel autant qu’au public puisqu’elle doit respecter la capacité de payer de ses usagers. « Ce n’est pas le gouvernement qui paie », dit-elle. Ces résidences sont régies par bail. Mme Lafleur précise qu’elle fait de moins en moins de profits.

De plus, entre les deux vagues, des logements se sont libérés dans les RPA puisque les usagers ont eu accès à des places en CHSLD.

Pour le Manoir Soleil, l’arrivée de nouveaux préposés n’a eu aucun effet, puisqu’ils sont dédiés au réseau public. Mme Grégoire souligne qu’une pénurie de personnel infirmier se dessine dans le réseau à travers la province. Il devient donc plus difficile de recruter ce type de personnel nécessaire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires