Les écrans malveillants

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Les écrans malveillants
Joyce Campbell, policière de la Sûreté du Québec, est intervenante auprès des jeunes dans le milieu scolaire. (Photo : courtoisie)

Les heures passées devant les écrans sont volumineuses et derrière ceux-ci peuvent se cacher des menaces qui demandent de la vigilance.

Selon le dernier fascicule NETendances sur le portrait numérique des foyers québécois, en 2019, 81 % des chaumières ont un ordinateur portable ou de table, 77 % possèdent un téléphone intelligent et 55 % disposent d’une tablette.

Les technologies de l’information et des communications (TIC) sont plus présentes que jamais dans notre vie. Cette présence invasive suscite plusieurs inquiétudes, entre autres en matière de cybercriminalisation.

Ayant participé à une conférence nommée Génération écran, le 5 février à l’école Monseigneur-Euclide-Théberge à Marieville, la policière Joyce Campbell, une intervenante en milieu scolaire dans la MRC de Rouville, fait de la prévention sur le territoire dans onze écoles, dont deux polyvalentes.

« Autre que de la prévention, je fais également de la répression; je fais du conseil auprès d’intervenants scolaires; je rencontre des jeunes au besoin; j’ouvre les dossiers s’il y a des arrestations, etc. », énumère-t-elle quant aux différents aspects de son rôle.

Lors de la conférence, Mme Campbell a mis l’accent sur les infractions liées à Internet.

« On parle ici principalement de cyberintimidation, de menaces, de harcèlement criminel, de faux renseignements, de fraude, de sextorsion, de leurre d’enfant, de communication indécente, de communication harcelante, de pornographie juvénile (production, possession, distribution et rendre accessible de la pornographie juvénile) », décrit la policière, qui en est à sa troisième année dans les écoles.

Vigilance parentale

Toute bonne éducation nécessite une proximité parentale. Il en va de même pour le suivi exercé sur les activités reliées à Internet.

« On encourage les parents à rapidement faire partie de la vie des réseaux sociaux de l’enfant : avoir accès, mettre les paramètres de sécurité avec eux, avoir leur mot de passe, aller voir régulièrement ce qui s’y passe afin de créer un lien de confiance. Le jeune a tendance à faire moins de bêtises sachant qu’il y a un encadrement. Ça permet une utilisation plus saine et sécuritaire des réseaux sociaux. On suggère aux parents de ne pas laisser les enfants seuls dans leur chambre à gérer leurs réseaux », décortique Joyce Campbell.

Cyberintimidation

La policière intervenante rencontre toutes les classes de 5 et 6 année ainsi que de première secondaire.

« Les jeunes sont conscients et comprennent ce que sont les infractions touchant la cyberintimidation. Ils connaissent également les ressources et ce qui est disponible pour eux, pour les aider. Même si c’est une infraction criminelle, ça ne finit pas toujours entre les mains de la police. Les écoles sont maintenant dotées d’outils avec des intervenants issus de programmes luttant contre cet état. Il y a des plans d’action en place. Des rencontres avec l’intimidateur sont prévues. Si ça ne fonctionne pas, là, il est possible que le dossier tombe sur mon bureau », explique-t-elle.

À sa sortie sur Netflix, la série 13 Reasons Why avait créé littéralement une onde de choc. La fictive série exposait les raisons insidieuses menant au suicide d’une adolescente qui avait subi de l’intimidation par le biais de photos destinées à briser sa réputation en circulant sur le Web.

« On encourage les parents à rapidement faire partie de la vie des réseaux sociaux de l’enfant. » – Joyce Campbell

« J’avertis les jeunes par rapport aux photos qu’ils prennent et partagent. Des fois, tu es en couple, tu penses que ça durera toute ta vie et tu envoies des photos pensant qu’elles resteront dans le couple. Ce n’est pas long que ça peut circuler dans l’école au complet. Ça devient de la distribution non consensuelle d’images intimes », indique l’intervenante.

Dick pic

L’avènement des réseaux sociaux a fait place à un phénomène que certains qualifient de fléau, le Dick Pic. Épidémique, le Dick Pic est cette action de transmettre, dans une conversation privée sur Snapchat ou Messenger, par exemple, la photo de ses organes génitaux alors que la réceptrice n’en avait fait la sollicitation d’aucune façon.

« C’est passible de poursuite. Ce serait de l’ordre de la communication indécente, car la personne n’a pas demandé de voir ça. La personne peut porter plainte, c’est un acte criminel. Toutefois, certaines femmes ne font que bloquer la conversation ou signaler le compte et passe par-dessus sans porter plainte à la police », dépeint la policière devant cette action causant l’ambiguïté.

« Quelqu’un qui reçoit une photo de la sorte ne doit pas attendre et doit communiquer avec son poste de police local. Par la suite, nous avons des escouades spécialisées pour tout ce qui touche la cybercriminalité. Des enquêtes sont ensuite initiées par rapport au geste », ajoute Ingrid Asselin, des communications de la Sûreté du Québec.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de