Les commerçants de cigarettes électroniques sont inquiets

Les commerçants de cigarettes électroniques sont inquiets

COMMERCES. En vigueur depuis le 26 novembre dernier, la Loi 44 sur le tabac n’a pas fait que des heureux dans la région. Dans les boutiques de cigarettes électroniques de Chambly et de Richelieu, on note depuis deux mois un fléchissement des ventes, et su

Désormais considérée par le ministère de la Santé comme un produit du tabac, au grand dam des commerçants, la cigarette électronique et sa vente imposent de nombreuses restrictions. «Nous devons vapoter à l’extérieur de nos boutiques, et frotter nos vitres pour que les jeunes de moins de 18 ans ne puissent pas voir à l’intérieur, mais maintenant tout le monde nous voit vapoter à l’extérieur», ironise Matthieu Aliu, le gérant de la Vape du Fort à Chambly.

À défaut de pouvoir essayer le produit avant de l’acheter, «le client doit désormais se fier à notre parole, note Éric Couture de Vape Store, à Chambly. Mais ça ne veut pas dire que le client va apprécier la saveur, qui change même d’une compagnie à l’autre».

Pour Matthieu Aliu, la vente est devenue beaucoup plus compliquée. «Le problème c’est que même avec la confiance, les gouts sont une notion subjective. Des gens le comprennent très bien, d’autres pas. Nous avons perdu quelques clients, des gens sont un peu frustrés, certains reviennent en disant que le goût n’était pas bon, mais on ne peut pas faire grand-chose finalement.»

Une alternative pour arrêter de fumer ?

Les commerçants de Chambly sont unanimes, le vapotage est une alternative plus saine à la cigarette traditionnelle.

«C’est un outil formidable, souligne Matthieu Aliu. Pour ma part, je suis un ancien fumeur, 99,9 % de notre clientèle sont des anciens fumeurs, et des gros fumeurs pour la plupart. Quand les gens en arrivent là, c’est qu’ils ont souvent tout essayé avant. En aucun cas on dit que c’est meilleur pour la santé et que c’est non toxique. Ce qui est sûr c’est que c’est meilleur que le tabac».

Du côté de Vape Store, on mentionne que de nombreux clients ont arrêté de fumer depuis de nombreuses années. «Ils continuent avec des <I>e-cigarettes<I> qui ne contiennent quasiment plus de nicotine, c’est plus la gestuelle qui reste ancrée.»

Une alternative, alors ? Pas si sûr. Les vapoteuses seraient en fait peu efficaces pour arrêter de fumer, selon une récente étude du journal médical américain The Lancet Respiratory Medicine. Les fumeurs passant aux cigarettes électroniques pour arrêter de fumer réduiraient en fait leurs chances de succès de 28%.

La loi 44 en bref

– Fumer sur les terrasses des bars et des restaurants est interdit, de même que de fumer dans les voitures en présence d’enfants, ainsi que dans un rayon de neuf mètres des portes extérieures d’un lieu public.

– Dans les hôtels, le pourcentage maximal de chambre où il est permis de fumer est passé de 40 à 20 %.

– La cigarette électronique fait maintenant partie des produits du tabac, interdiction donc de vapoter à tous les endroits où la cigarette analogue est proscrite.

– Les boutiques de vape et autres détaillants de cigarettes électroniques et d’e-liquides ne peuvent plus faire essayer les saveurs à leur clientèle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires