Les élèves de cinquième année de Carignan et Chambly à leurs espadrilles

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Les élèves de cinquième année de Carignan et Chambly à leurs espadrilles
Les élèves de cinquième année se déploient au sein de l’annuel cross-country organisé pour eux. (Photo : courtoisie)

Le 9 mai avait lieu derrière le Centre sportif Robert-Lebel la traditionnelle compétition de cross-country s’adressant aux élèves de cinquième année des écoles primaires de Chambly et de Carignan.

Pour une septième année, le populaire événement se déroulait malgré certaines contraintes de transport. Ce sont vingt-cinq classes provenant de sept écoles qui y ont participé. Abordant un trajet de 1,5 km, 535 élèves se sont délié les jambes.

Le cross-country étant une des épreuves de l’athlétisme qui consiste en une course nature, il ne s’orchestre pas n’importe où. « Initialement, l’épreuve se déroulait dans le boisé, mais c’est maintenant considéré trop dangereux. Nous nous déployons désormais sur la butte vallonnée de la pente à glisser », explique Marie-Andrée Parent, qui enseigne l’éducation physique à l’école De Bourgogne.

L’arrière de l’aréna représente une scène de marque pour accueillir l’événement, bien que cette année, les travaux s’y déroulant changent la donne. « Habituellement, nous utilisons les installations du centre telles que leurs salles de bain ou tout simplement pour s’y réfugier en cas de pluie, mais cette année, nous misions sur la collaboration de Dame Nature », ajoute celle qui enseigne depuis une vingtaine d’années.

Condition physique

Toute bonne compétition nécessite un minimum de préparation. Ancré dans les valeurs de l’école De Bourgogne, le sport s’y inculque dès le bas âge. « Nous développons l’endurance en faisant souvent du jogging. Au fil de l’année, les élèves de première, deuxième et troisième année courent une distance de 800 mètres à deux reprises alors que les élèves de la quatrième à la sixième année courent une distance de 1600 mètres à deux reprises », ajoute l’enseignante dont l’école valorise l’activité physique.

« Un élève qui dépense son énergie est un élève plus concentré. » – Marie-France Parent

Sport à l’école

La réduction des plages horaires dédiées à l’activité sportive au sein du programme scolaire québécois a été décriée à maintes reprises. Or, la corrélation entre la réussite scolaire et l’exercice physique n’est plus discutable. « Je prêche pour ma paroisse. Nous aimerions que les élèves bougent tous les jours. Un élève qui dépense son énergie est un élève plus concentré. En fin de compte, c’est un choix que détient l’école quant à la direction qu’elle souhaite prendre. Ici, nous avons une demi-heure supplémentaire par semaine. Ce temps aurait pu être alloué autrement, mais nous l’avons dédié au sport », conclut Marie-Andrée Parent.

Dix gagnantes et dix gagnants

Appuyés par une cinquantaine de bénévoles, plusieurs élèves se sont illustrés au cours de cette journée. Ayant toutes couru sous la barre des sept minutes, les dix premières dans la catégorie des filles sont : Mésange Desgagné, Pénélope Légaré, Charlie Messier, Alycia Langelier, Audrey-Ann Longuépée, Alice Leclerc, Aurélie Labelle, Stella Gosselin, Charlotte Breault et Ariane Bizier. Du côté des garçons, ayant tous franchi la ligne d’arrivée sous la barre des six minutes, les dix gagnants sont : Victor Avon, Simon Leblanc, Julien Lefebvre, Nathan Fortin-Chouinard, Victor Nicol, Romain Nadeau, Mathis Perron, Raphaël Gendron,Lukas Charbonneau et Benjamin Guay.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de