Un Chamblyen entraîneur de l’année pour Sports Québec

Photo de Martine Veillette
Par Martine Veillette
Un Chamblyen entraîneur de l’année pour Sports Québec
Marc Antoine Ducharme (Photo : courtoisie)

Le Chamblyen Marc Antoine Ducharme a remporté les honneurs dans la catégorie entraîneur d’équipe lors du 47e Gala Sports Québec. Les gagnants ont été dévoilés au public lors d’un gala diffusé le 15 septembre sur les ondes de RDS.

L’entraîneur-chef de l’Équipe nationale féminine senior de basketball en fauteuil roulant a pour sa part reçu son prix il y a près d’un mois, lors d’une fausse entrevue. « La COVID oblige à faire les choses différemment. L’enregistrement s’est fait de façon individuelle. De mon côté, Sports Québec m’a convié à une entrevue au stade olympique. On m’a posé une ou deux questions pour ensuite me dire que ce n’était pas une vraie entrevue. Ma famille était là et c’est ma mère qui m’a donné le prix », raconte le récipiendaire.

Le fait que ce soit sa mère qui lui remette le prix est symbolique pour lui, puisque ce sont ses parents qui l’ont initié au basketball en fauteuil roulant. « Ça a été une belle surprise », dit celui pour qui il s’agissait de la seconde nomination.

Cette récompense est la première dans sa carrière. « C’est une belle reconnaissance pour toutes les heures que j’ai mises dans ce sport, les efforts déployés pour me rendre là et toutes les heures passées à l’extérieur de la maison. Ça montre que je ne l’ai pas fait pour rien. Ça donne un tape dans le dos et un boost de confiance pour continuer », explique M. Ducharme.

Toutefois, il affirme humblement que cette reconnaissance n’influencera pas la suite de sa carrière.

« C’est une belle reconnaissance pour toutes les heures que j’ai mises dans ce sport, les efforts déployés pour me rendre là et toutes les heures passées à l’extérieur de la maison. » – Marc Antoine Ducharme

Jeux paralympiques

N’eût été la COVID, l’équipe qu’il dirige reviendrait actuellement de Tokyo, de sa participation aux Jeux paralympiques 2020. Ces derniers, tout comme les Jeux olympiques, qui devaient se tenir cet été, ont été repoussés d’un an.

Le Chamblyen prépare donc son équipe de joueuses pour l’an prochain, bien qu’il reste toujours une incertitude à savoir si les Jeux auront lieu ou non. L’Équipe nationale féminine senior de basketball en fauteuil roulant avait remporté son laissez-passer pour ces jeux lors des Jeux parapanaméricains qui se sont tenus en 2019, à Lima.

Ce seront les premiers Jeux paralympiques auxquels il participera.

Entraînements

Comme les entraînements en équipe et en personne n’ont pas repris, M. Ducharme entraîne individuellement les joueuses à distance via Zoom. « On n’a pas encore le droit de s’entraîner en équipe. Puisqu’elles sont en fauteuil roulant, elles sont un peu plus à risque. On doit donc être plus prudent », avance-t-il.

Pour le moment, elles n’ont pas le droit de se passer le ballon. Le premier entraînement d’équipe est prévu à la fin novembre, si tout va bien et que la deuxième vague n’est pas trop intense. Aucune compétition ne se tient encore pour le moment.

M. Ducharme soutient travailler les lacunes de chacune lors de ses entraînements individuels. « Ça varie d’une à l’autre. Pour une, ça peut être l’explosion, l’autre, la technique ou encore la manipulation. On focusse donc sur cet aspect tout en développant le reste aussi », précise-t-il.

Pour ce qui est de la chimie d’équipe, ça se fait via Zoom. « On travaille la technique, le mental et la chimie d’équipe, tout ça à distance », souligne l’entraîneur.

L’équipe

Marc Antoine Ducharme entraîne depuis quatre ans ces joueuses, qui ont en moyenne 23 ans. La plus jeune est âgée de 20 ans. Elles viennent d’un peu partout au Canada.

C’est le plus haut niveau que peut atteindre l’homme dans ses fonctions. « Sinon, faut que j’aille dans un autre pays pour entraîner. Il n’y a pas beaucoup d’options », dit-il.

S’il quitte ses fonctions, le père de trois grands enfants, âgés entre 16 et 21 ans, ce sera en partie parce que les entraînements de l’équipe se déroulent à Toronto, en Ontario. « C’est le voyagement qui est le plus dur et d’être loin de la maison. Je suis habituellement six à sept mois à l’extérieur de la maison », indique-t-il.

Le Chamblyen soutient avoir pris la décision de se joindre à l’équipe avec l’accord des siens. « J’ai toujours évolué dans ce sport depuis que je suis jeune. Quand j’en ai eu l’opportunité, j’ai consulté ma famille et je n’ai pas hésité à dire oui. C’était une expérience que je pouvais vivre », relate l’entraîneur.

L’homme de 40 ans a grandi dans ce sport. Il était d’abord un basketteur avant de devenir entraîneur. Ce sont ses parents qui l’ont initié au basketball en fauteuil roulant. L’athlète a commencé sur ses pieds avant de jouer en fauteuil roulant. Il a gravi les niveaux jusqu’à jouer dans les équipes junior, puis senior du Québec.

M. Ducharme a entraîné des équipes provinciales juniors et féminines du Québec.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires