Le village de Noël en céramique

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Le village de Noël en céramique
André Faille a construit un village de Noël d’une longueur de 26 pieds qu’il expose à la Résidence des Bâtisseurs de Chambly. (Photo : courtoisie)

Pour une troisième année consécutive, André Faille embellit la vue à la Résidence des Bâtisseurs de Chambly alors qu’il y expose, du 25 novembre à la mi-janvier, son village de Noël d’antan en céramique.

La dimension de l’œuvre d’André Faille impressionne. Montée sur une structure en bois sur laquelle il fait des paliers, l’œuvre a une profondeur de 5 pieds alors qu’elle exhibe une façade de 26 pieds. Environ une trentaine d’heures sont nécessaires pour monter méticuleusement l’ensemble de la réalisation, lorsque novembre arrive. Cette connaissance de la matière, c’est sa femme, Carole Goyette, qui la lui a inculquée.

« Ce sont des choses que ma conjointe et moi avons faites. Ma conjointe était céramiste. Elle m’a enseigné le métier. Je n’avais aucune expérience dans ce domaine par le passé. Ça fait maintenant tout près de 30 ans que j’en fais. J’ai commencé par peindre une maison, j’ai aimé ça et j’ai continué. Certains jouent au golf, pour d’autres, c’est la chasse et la pêche. Moi, c’est fabriquer de nouvelles pièces », décrit l’homme de 69 ans en parlant de son passe-temps.

Pièces exclusives
André Faille retire du bonheur à fabriquer des pièces que personne d’autre ne fait. Maisons, sapins, animaux et roches constituent le principal de ses créations.

« Certains jouent au golf, pour d’autres, c’est la chasse et la pêche. Moi, c’est fabriquer de nouvelles pièces. » – André Faille

« Je fais mes pièces moi-même, elles sont uniques. Je crée mes moules, car ils n’existent pas. Par exemple, pour les roches, j’ai pris l’empreinte des roches pour faire le moule. Ensuite, je coule les pièces. Je travaille avec une terre liquide et quand elle a pris forme après un certain nombre de minutes, on laisse sécher de 8 à 12 heures. On démoule ensuite la pièce, on laisse sécher encore, on recorrige les imperfections puis c’est la cuisson, 24 heures dans le four », décline par étape le sexagénaire.

Une œuvre bonifiée
Année après année, l’ancien coiffeur maintenant retraité ajoute des pièces, bonifiant continuellement ce qu’il présente.
« Je change la configuration du village chaque année. J’ai ajouté six pieds supplémentaire d’espace, cette fois en créant une pente de ski en deux modules », décrit fièrement celui qui emballera individuellement les pièces, lorsque les Fêtes se termineront, avant de les entreposer dans sa demeure jusqu’à l’année suivante.

« Les résidents trouvent le village très beau, particulièrement cette année. Ils vivent, à travers celui-ci, des souvenirs. C’est une attraction pour eux et les familles qui viennent le voir », complète l’artiste.

En été, André Faille expose également ses constructions de montgolfières à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Gatineau, dans des événements en lien avec la thématique.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de