Le sport pour que les gars se raccrochent

Par Martine Veillette
Le sport pour que les gars se raccrochent
Nicholas Dumont, Jonathan Lussier et Jonathan Rivest dans le nouveau vestiaire. (Photo : Martine Veillette)

Depuis une dizaine d’années, des intervenants offrent aux jeunes fréquentant le campus de Chambly du Centre jeunesse de la Montérégie de pratiquer un sport. Le 8 octobre, ils ont inauguré le vestiaire de hockey des Glorieux.

Le sport a été amené par l’intervenant Jonathan Lussier. Son collègue, Nicholas Dumont, le décrit comme « celui qui réussit à développer la motivation des gars et qui les amène à se dépasser ».

Après la boxe et le soccer, les jeunes résidants du centre peuvent maintenant s’adonner au hockey. « Pourquoi un vestiaire sans aréna? soulève M. Lussier. Ça vient des Russes, qui s’habillaient quelque part et allaient jouer au hockey ailleurs. Ce sera utile pour nous. C’est un lieu à nous où les gars peuvent s’habiller. Ensuite, on part en mini-fourgonnette pour aller jouer à l’aréna. Quand les gars reviennent, ils ont accès à un vestiaire pour y laisser leur équipement et en prendre soin. »

Le personnel du Centre jeunesse remercie la Ville de Chambly, qui lui offre des heures de glace. Cette année, l’organisme est passé de six périodes à vingt et une. « Ça nous permettra d’avoir 42 séances de hockey cette année », souligne M. Lussier.

Le vestiaire a été construit avec l’aide de jeunes du centre. Un moyen de les valoriser, de les impliquer et de développer leur sentiment d’appartenance. Ceux qui étaient moins manuels et plus artistiques ont peint le logo, conçu par un éducateur du centre, sur le mur extérieur.

Denis Blouin, coordonnateur du campus Chambly, soutient accepter tout ce qui est créatif et qui peut être bénéfique pour les jeunes. « J’ai embarqué d’emblée quand Nicholas et Jonathan sont venus me voir. Je sais ce qu’ils sont capables de faire. On essaie le plus possible de “ normaliser “ le séjour des jeunes. Ils n’ont pas la chance de vivre des choses comme ça », soutient-il.

D’ailleurs, sur le côté des cases est inscrit « Parce que nous croyons en vous », accompagné des signatures des intervenants.

« Ça développe leur sentiment de fierté. On le voit chez les jeunes. Ils réussissent à se dépasser. » – Denis Blouin

L’importance du sport

Les intervenants soulignent l’importance qu’apporte le sport pour ces garçons qui fréquentent le centre.

« Les jeunes sont de passage ici pendant un court laps de temps. Il ne faut pas les oublier. Pour eux, ce sont des moments importants qu’ils conserveront en souvenir. C’est un outil de plus qu’on met dans leur coffre avant qu’ils partent et il leur servira longtemps », affirme M. Lussier.

M. Blouin souligne que les jeunes gars ont besoin de bouger. De plus, le hockey ainsi que les autres sports offerts ont différentes répercussions positives. « Ça développe leur sentiment de fierté. On le voit chez les jeunes. Ils réussissent à se dépasser. Ça permet aussi de leur apprendre la discipline et le respect. Les jeunes sont ensuite capables de transposer ça dans leur vie », indique-t-il.

De plus, le coordonnateur soutient que les comportements violents ont diminué. « Quand ils sortent d’un entraînement, ils sont vidés. C’est une bonne façon de dépenser leur énergie », dit-il.

Changer sa vie

Un jeune homme qui fréquente le centre depuis quelques mois et participe aux différents sports a témoigné au Journal à quel point le sport a changé sa vie. Pour des raisons de confidentialité, son nom ne peut être dévoilé.

Comme la plupart des bénéficiaires du centre, il vivait différents problèmes. « Ma vie n’allait pas bien, affirme-t-il. J’ai commencé le football et la boxe avec Jonathan. La boxe m’apporte du courage et le sport me donne des bases sur lesquelles m’appuyer. »

Ce n’est pas tout, puisque certaines équipes de football collégial tentent maintenant de le recruter. « Ça peut m’amener plus loin et ça m’ouvre des portes pour le futur. Je suis vraiment content que ça me soit offert. Ça me permet d’évoluer avec le sport. Avant, je n’avais pas envie d’aller à l’école ni de poursuivre mes études », soutient le jeune homme.

De plus, pour ceux qui font de la boxe, le centre se jumelle avec des clubs de boxe de la région. Cela permet aux jeunes qui sortent du centre de poursuivre dans ce sport. M. Lussier souligne que la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie contribue financièrement pour acheter l’équipement au jeune et payer son inscription.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] plus de détails sur le projet dans l’article de la journaliste Martine Veillette du Journal de Chambly qui était sur place lors de […]