Le présumé caïd René Raymond reste en prison

Par christianlepage
Le présumé caïd René Raymond reste en prison

La présumée tête dirigeante d’un réseau de trafiquants de stupéfiants associé aux Hells Angels, René Raymond, 54 ans devra demeurer derrière les barreaux, du moins jusqu’au 7 juillet prochain.

Le propriétaire de l’ancien restaurant Chez Renaud sur l’avenue Bourgogne à Chambly s’est présenté jeudi matin au Palais de justice de Longueuil en chaise roulante, escorté par des gardiens de sécurité, pour y subir son enquête sur remise en liberté en compagnie de 5 autres comparses.

René Raymond, ainsi que Stéphane Prescott, 31 ans de Terrebonne, Gabriel Fortin, 43 ans de Saint-Mathias, Johanne Gazaille, 60 ans d’Acton Vale et Nathalie Dubé, 51 ans de Rawdon, ont tous été accusés de gangstérisme, de complot et de trafic de stupéfiants. Une ordonnance de non-publication a été accordée, ce qui signifie que nous ne pouvons révéler les témoignages entendus lors des audiences.

Selon la preuve, René Raymond et son groupe entretenait des relations étroites avec le groupe de motards les Hells Angels, contrôlait la vente de stupéfiants dans plusieurs municipalités des Lanaudière et des Hautes Laurentides, mais surtout, en Montérégie, dont à Chambly, Carignan, Saint-Mathias-sur-Richelieu, Marieville, Saint-Hubert, Sainte-Angèle-de-Monnoir et Acton Vale.

La cellule de René Raymond a été démantelée lors d’une rafle policière impliquant plus de 200 policiers le 13 mai dernier, dans le cadre du Projet Mariolle mené par l’Escouade régionale mixte de la Montérégie, en collaboration avec les policiers de la Sûreté du Québec et ceux de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent.

Les policiers avaient alors procédé à 21 arrestations, dont une dizaine de revendeurs du secteur du Bassin de Chambly et à 19 perquisitions. Une somme de près de 200 000 $ en argent canadien avait été saisie, de même que 30 livres de canabis, 3 kg de cocaïne et 5 kg de haschich, ainsi que 100 000 comprimés de métamphétamine.

Le juge décidera le 7 juillet prochain si Raymond pourra être libéré ou non.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de