Le masque à l’Hôtel de Ville

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Le masque à l’Hôtel de Ville
Alexandra Labbé lors du mouvement À vos masques, prêts, sortez! Protégeons notre économie. (Photo : courtoisie)

Qu’il soit porté volontairement ou de façon imposée, le masque est de plus en plus répandu. Les commerçants ainsi que leur clientèle s’adaptent à cette nouvelle réalité. Qu’en est-il des employés de la Ville?

« Ce n’est pas aussi systématique et si simple que ça, dans le sens où nous avons des employés qui travaillent dehors et d’autres qui travaillant seuls dans leur bureau. Chaque département aura ses directives selon ce que nous avons reçu du gouvernement. Depuis le début de la crise, le Service des ressources humaines (RH) de la Municipalité est à l’affût et réactif. Il s’occupe de défendre dans les différents services les bonnes procédures », explique la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé.

À titre d’exemple, un service offert de façon personnalisée aux citoyens est considérable dans la prise de décision quant au port du masque.

« Nous venons de rouvrir partiellement nos bâtiments au public. Tout ce volet est à analyser. Ce sont les RH qui évalueront ce qui est pertinent pour chacun des services et des postes », boucle la mairesse chamblyenne.

Carignan

À Carignan, une partie du personnel est toujours en télétravail et l’accès à l’hôtel de ville est restreint. « Les règles de distanciation sont respectées au travail. Très peu de citoyens se présentent; pratiquement tout se fait en ligne. Nous avons mis les masques pour entrer dans la salle lors de la séance. Une fois assis, on retire les masques », identifie le maire Patrick Marquès.

Marieville

À Marieville, la Ville se conformera au décret en obligeant le port du masque par tous les citoyens qui se présenteront dans les établissements municipaux.

« En ce qui concerne les directives internes pour nos employés municipaux, nous continuerons de faire appliquer les mesures précisées par la CNESST», indique la la porte-parole de la Municipalité.

Elle présente également un résumé de ce qui a été mis en place afin que le personnel ne soit pas dans l’obligation de porter son masque en tout temps.

« Avant de se présenter sur les lieux de travail, tous les employés se sont engagés à faire une déclaration de leur état de santé de façon systématique en répondant par la négative aux trois questions diagnostiques usuelles afin d’évaluer le risque d’infection.
Tous les employés ont reçu les équipements de protection individuels pertinents à leur fonction considérant les risques d’exposition à la COVID, les procédures de nettoyage ainsi qu’une formation.

Certaines situations exigent le port du masque chez nos employés : la distanciation ne peut être respectée; rencontre d’équipe dans une salle ou un bureau fermé où les deux mètres sont difficilement respectés; en cas de contact avec une personne qui attend les résultats de son test COVID; lors des déplacements de plus de 15 minutes dans les véhicules municipaux. »

Richelieu

« Quand on est en contact avec le public, on doit porter un masque, mais je ne pense pas que les gens porteront des masques pour travailler à leur bureau. Les employés qui répondent aux citoyens et qui sont en contact avec eux porteront le masque, mais personne n’a besoin du masque à la journée longue », exprime le maire Jacques Ladouceur.

Saint-Mathias-sur-Richelieu

À Saint-Mathias-sur-Richelieu, la mairesse Jocelyne G. Deswarte a, de son propre chef, contacté le journal afin de communiquer son opinion sur le sujet. « Je suis pour que tout le monde porte le masque. Quelqu’un ne portant pas le masque mais qui porte le virus peut le transmettre aux autres. On voit que les jeunes en sont de plus en plus atteints. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de