Le grand nettoyage de Chambly

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Le grand nettoyage de Chambly
L’an dernier, les berges du Richelieu avaient été libérées de 696 livres de matières résiduelles lors du nettoyage effectué par Éco-citoyens Chambly. (Photo : archives)

Éco-citoyens Chambly récidive une fois de plus avec son nettoyage annuel. En raison de la COVID-19, c’est une formule modifiée que l’organisme propose.

Pour une première fois, l’événement s’étalera sur une fin de semaine complète, soit les 12 et 13 septembre. À pied, à vélo, en kayak ou en planche à pagaie, ce sont les berges et les parcs de Chambly, de Richelieu, de Carignan et de Saint-Mathias-sur-Richelieu qui sont visés cette fois.

« Avec les restrictions sur les rassemblements, on se doit d’être sécuritaires. Nous prêterons le matériel et indiquerons les endroits potentiels pour faire du nettoyage et les citoyens pourront nettoyer à titre individuel. Contrairement à l’an passé, il n’y aura pas d’accompagnement de notre part, de COVABAR ou de Conservation de la nature Canada », explique Luc Baillargeon, figure importante au sein d’Éco-citoyens Chambly. Le COVABAR et Conservation de la nature Canada avaient annoncé au printemps qu’ils annulaient leurs événements publics.

Le matériel dont il est question comporte des chaudières, des pinces, des gants et des sacs. Les citoyens pourront le récupérer au parc Martel lors des deux journées, entre 9 h et 15 h. L’an passé, c’était 696 livres de métal, de polystyrène, de canettes, d’articles de sport, de plastique et d’autres objets encombrants que le groupe avait recueillies, s’ajoutant à la Mission 100 tonnes. Cette mission vise à retirer 100 tonnes de déchets des cours d’eau et des océans de la planète afin d’en réduire la concentration de plastique, de déchets et de substances toxiques. Cette initiative vise également à mobiliser et à sensibiliser les citoyens, les entreprises et les politiciens à l’échelle mondiale afin d’agir concrètement pour la sauvegarde des océans.

« Il y a encore beaucoup de matières résiduelles. À la fin de l’été on n’en récupère qu’une partie, car il y a beaucoup de végétation. Le niveau de l’eau est bas, ce qui a pour effet qu’on ne voit pas tout ce qui traîne. En termes de quantité amassée, on s’attend à ce que ce soit comparable à l’an passé », indique M. Baillargeon.

Effet COVID-19

La situation entourant la COVID-19 ajoute un nouvel aspect à cette cueillette de déchets.

« Cette année, il y a eu beaucoup de take-out. Les poubelles étaient pleines souvent dans le Vieux-Chambly et on voyait les cartons et les polystyrènes partir au vent. On peut aussi s’attendre à trouver des gants et des masques », fait part le regroupement.

De nouveaux alliés

Deux plongeurs seront sur place le 12 septembre pour assister au nettoyage. Dominik Giroux et Véronique Hamel de Sherbrooke se sont portés volontaires à titre de plongeurs pour l’événement. Ceux-ci fouilleront les tréfonds du bassin. Ayant participé à plusieurs événements du genre antérieurement, il sera intéressant de voir les trouvailles qu’ils feront.

Éco-citoyens a repris ses activités depuis quatre semaines à la suite de l’arrêt forcé par le coronavirus. Les activités de l’organisme étant souvent collectives, il devenait difficile de poursuivre. Conférences et autres actions sont prévues cet automne selon ce que réservent les semaines à venir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires