Le Chœur des Oliviers chante pour Haïti

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Le Chœur des Oliviers chante pour Haïti
Jean-Paul Bergeron orchestre le mouvement visant à aider les Haïtiens tel que le concert du Chœur des Oliviers qui se déroulera le 14 décembre, à Sainte-Angèle-de-Monnoir. (Photo : Jean-Christophe Noël)

Le Chœur des Oliviers de Richelieu/Saint-Mathias-sur-Richelieu présente son spectacle de Noël qui aura lieu le 14 décembre, à l’église de Sainte-Angèle-de-Monnoir, dans le but d’amasser des sous pour Haïti et ses enfants.

Ce sont des chants intemporels tels Joyeux Noël, Mon beau sapin, C’est l’amour, Au Royaume du Bonhomme Hiver et Minuit, chrétiens que chanteront, pour Haïti, les 26 membres de l’ensemble vocal dirigé artistiquement par Claire Payment, également auteure.

« Noël apporte de la magie dans notre vie, dans notre entourage, dans notre quotidien. Aucune fête du calendrier n’a cette illusion, n’a ce pouvoir de changer en quelques semaines le cours du temps et l’essentiel de nos préoccupations », exprime avec scintillement Jean-Paul Bergeron, rassembleur, coordonnateur de l’événement et missionnaire dans le cœur.

« J’en suis à un âge où il est temps de remettre à la société. Cela donne un but à l’existence. » – Jean-Paul Bergeron

M. Bergeron est allé de nombreuses fois en Haïti, y porter de l’aide, généreusement. Il prévoyait y aller le 23 octobre dernier mais a dû réviser son déplacement en raison du climat qui y règne. Selon l’ordre des choses, il devrait y aller du 12 au 26 janvier, mais il évaluera en temps et lieu s’il appliquera le mouvement.

« J’ai dû reporter mon voyage au 12 janvier 2020. Une agitation sociale sans précédent sévit dans ce pays en proie à de graves pénuries d’eau potable, de distribution alimentaire et de carburant. À la suite du scandale de détournements de fonds dans l’affaire Petro Caribe, la population exige la démission du président Jovenel Moïse, accusé de corruption et de malversations, et un gouvernement de transition avec un changement de la classe politique. La monnaie locale (la gourde) s’est beaucoup dépréciée, les écoles sont fermées et la misère s’étale au grand jour, plus criante que jamais. Ce pays est cruellement dans le besoin », dépeint l’homme qui clame avoir reçu dans la vie et qui, maintenant, redonne.

« J’en suis à un âge où il est temps de remettre à la société. Cela donne un but à l’existence. C’est un pays si pauvre vivant dans une profonde misère. Ces deux semaines sur ce territoire sont une forme de fenêtre sur le monde, un témoignage que ces gens ne sont pas seuls. C’est une modeste façon d’aider », dit humblement M. Bergeron.

Soutenir les écoles

« Le concert financera tous nos projets dans les six écoles de la commune de Grand-Goâve. Il y a le parrainage scolaire d’une centaine d’enfants et l’alphabétisation des adultes. L’argent recueilli ici se rendra directement et entièrement sur place pour mener à bien cette œuvre d’éducation dans ce pays trop souvent malmené par l’histoire et la géographie », assure Jean-Paul Bergeron de rayonnante façon.

Parrainage

« Bon an, mal an, nous parrainons l’année scolaire d’une centaine d’enfants, généralement des filles, de niveaux primaire et secondaire. Également, quelques plus vieux en formation professionnelle. Il en coûte 150 $ pour parrainer pendant une année scolaire. Un investissement bien placé pour sortir ces enfants de la spirale infernale de la misère et du sous-développement. Par manque de moyens principalement, beaucoup de parents haïtiens négligent de payer les frais de scolarité de leurs enfants, ce qui crée des situations difficiles pour plusieurs directions scolaires et, trop souvent, le renvoi à la maison », décrit Jean-Paul Bergeron, dont le parrainage fait partie intégrante du quotidien.

Les billets se vendent au coût de 10 $. Pour les enfants de 5 à 11 ans, il en coûtera 5 $. Les portes de l’église ouvriront à 19 h 15.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de