Le bilan nautique de la saison estivale 2021 a fait des vagues

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Le bilan nautique de la saison estivale 2021 a fait des vagues
Le bassin de Chambly et la rivière Richelieu ont été très populaire cette année.

Dans le contexte de la pandémie, la popularité des sports nautiques a connu une augmentation significative au Québec. Une hausse qui a entraîné son lot d’infractions.

Les plans d’eau ont été fort achalandés au cours de la saison estivale 2021. Cette réalité a amené des enjeux de sécurité relativement à la cohabitation entre les différents types d’usagers des lacs et rivières. La patrouille nautique de la Sûreté du Québec, en collaboration avec ses partenaires Transport Canada, Nautisme Québec, La Garde côtière ainsi que des équipes nautiques de différentes organisations policières du Québec, a su s’adapter et contribuer, par ses interventions, à rendre les plans d’eau sécuritaires malgré la hausse marquée de l’achalandage.

Populaire à Chambly
Le responsable de la Ville de Chambly au Centre nautique Gervais-Désourdy, Nicolas Bastien, confirme que l’été dernier, le bassin de Chambly a été très occupé. « L’été 2021 a été très populaire pour le Centre nautique. Nous n’avons pas voulu faire de publicité pour attirer trop de monde. Pourtant, nous avons égalé nos meilleures années d’achalandage. En comparaison, pour un samedi ensoleillé en 2017 et en 2021, on peut dire que cet été, il y a eu beaucoup de monde, surtout en ce qui concerne les embarcations non motorisées », indique-t-il au journal. En effet, M. Bastien a observé beaucoup de personnes, avec une planche ou une embarcation personnelle, prendre le large. « Il y a toujours eu sur le bassin de Chambly des bateaux à moteur et la cohabitation avec les autres est toujours à surveiller. »

Pour Steve Paradis, commandant, Unité 16 – Vallée-du-Richelieu pour la Garde côtière auxiliaire canadienne, le constat de l’augmentation de la fréquentation de la rivière Richelieu ne fait aucun doute en 2021. «Il y a un achalandage depuis les deux dernières années. Une fréquentation qui a presque doublé. À la marina de Saint-Mathias-sur-Richelieu, il n’y avait même plus une embarcation neuve à vendre en 2021. Certains bateaux étaient même achetés sans jamais que le propriétaire ne vienne le voir avant. Même les bateaux d’occasion étaient beaucoup moins nombreux. »

Même sur le canal de Chambly, Parcs Canada a enregistré une hausse de circulation. « Plusieurs nouveaux capitaines ont ainsi visité le lieu historique national du Canal-de-Chambly durant la saison 2021. Aux dires des éclusiers, les bateaux éclusés cet été étaient plus gros que ceux des années précédentes. Ainsi, un travail de précision était exigé de la part du personnel éclusier afin de maximiser la capacité de chaque éclusage », d’indiquer Audrey Godin-Champagne, porte-parole de Parcs Canada.

Des garde-côtes occupés
Autre indicateur qui ne trompe pas pour montrer la passion grandissante à l’égard des sports nautiques sur la rivière Richelieu, c’est le nombre d’interventions qu’ont dû effectuer M. Paradis et son équipe cet été. « L’an dernier, nous avons répondu à 32 appels, mais cette année, on en a eu 55. Nous n’avons pas la mission de sanctionner les contrevenants, mais plutôt de les éduquer en instaurant un dialogue. Cette année, nous avons rencontré beaucoup de premiers utilisateurs. »
Le côté répressif, ce sont les autorités policières qui s’en sont occupées. Là encore, à en croire le nombre de contraventions, l’achalandage était bien au rendez-vous sur les cours d’eau, non seulement de Chambly, mais partout en Montérégie et au Québec lors de cette deuxième année pandémique.

En Montérégie
Pour la région de la Montérégie, les patrouilleurs nautiques de la SQ ont procédé à l’interception de 1 886 embarcations ainsi qu’à 135 expulsions. Ce sont 185 constats d’infraction qui ont été remis et 571 avis de non-conformité. De plus, les policiers ont procédé à l’arrestation de 9 personnes pour conduite avec capacités affaiblies.
Sur la rivière Richelieu, la Régie de police Richelieu – Saint-Laurent a répondu à 96 appels, a relevé 316 embarcations en non-conformité, a effectué 15 sauvetages/remorquages et a distribué 28 constats d’infraction en 2021.

Le bilan de la Sûreté du Québec (SQ)
Au Québec, ce sont plus de 11 500 interceptions nautiques effectuées; plus de 1 000 constats d’infraction signifiés; plus de 4 300 avis de non-conformité signifiés et trois collisions mortelles impliquant une embarcation nautique, a signalé, en 2021, la SQ au Québec.

Cette année, des agents évaluateurs en reconnaissance de drogues (AERD) se sont joints aux diverses équipes nautiques de la SQ afin d’intensifier les interventions en matière de détection de capacité affaiblie dans la conduite d’une embarcation nautique. Une hausse importante du nombre d’interventions en matière de capacités affaiblies a été réalisée cette saison.
Ce sont 91 personnes qui ont fourni un échantillon d’haleine pour l’appareil de détection approuvé ou qui ont réalisé les épreuves de coordination des mouvements, comparativement à 49 en 2020.
Il y a eu 40 personnes qui ont été arrêtées pour la capacité de conduite affaiblie, comparativement à 15 en 2020.

Pour l’an prochain
Rappelons que les plaisanciers sont invités à prévoir dès maintenant les besoins de la prochaine saison en matière de sorties nautiques : s’assurer d’avoir l’équipement obligatoire à bord de l’embarcation, vérifier l’état de l’embarcation et en faire l’entretien nécessaire, de même que s’assurer que tous les documents reliés à l’embarcation sont conformes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires