Chambly : l’avenir du Festival multiculturel remis en question

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Chambly : l’avenir du Festival multiculturel remis en question
Le Festival multiculturel de Chambly pourrait ne pas célébrer ses dix ans cette année. (Photo : courtoisie - Frédéric Blanchet)

Le président du conseil d’administration, Pierre Cardinal, n’a pas souhaité nous en dire plus pour le moment, mais le Journal de Chambly a appris que l’avenir du Festival multiculturel de Chambly était remis en cause.

Le Festival multiculturel de Chambly, un organisme à but non lucratif regroupant des commerçants, des restaurateurs et des gens d’affaires, a pour mission première de produire un festival multiculturel, événement festif permettant de faire connaître la diversité culturelle et les traditions des différentes communautés, peut-on lire sur le site de la Ville.

Dans un courrier adressé à ses membres, que le journal a réussi à se procurer, M. Cardinal semble moins propice à festoyer de nouveau, à en croire les différents commentaires sur des « dysfonctionnements » de l’événement qui auraient été observés l’an dernier.

« Nous avons rencontré l’organisation et nous attendons toujours leurs réponses. Ce qu’on attend d’eux, c’est clair, la balle est dans leur camp », a indiqué au journal la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé.

Il est entre autres possible de lire dans le courrier du conseil d’administration de l’organisation que les reproches suivants leur avaient été adressés : « manque d’animation, redondance quant aux artistes invités (souvent les mêmes depuis plusieurs années), les mêmes activités présentées, année après année, le côté commercial de l’événement comparativement à la diversité multiculturelle (pas de kiosques de la diversité), manque de bénévoles, un événement non écologique (défilé des autos), le dépassement des heures permises (arrêt des activités à 23 h), une programmation détaillée du déroulement de l’événement, un budget justificatif, une organisation plus structurée, c’est-à-dire une permanence qui s’occupera de l’organisation de l’événement et de son financement ».

Pas de dixième édition?

Le festival est né il y a presque dix ans. Il a été initié par José Farinha, propriétaire du restaurant Les Grillades du Fort, qui souhaitait offrir aux citoyens de la ville de Chambly un événement festif mettant de l’avant la diversité culturelle par le biais du folklore de son pays d’origine, le Portugal.

« Ce serait triste de voir la fin du Festival multiclturel. C’est un événement que j’ai lancé avec beaucoup de bonnes intentions. Il y a eu beaucoup de temps et d’argent qui ont été investis pour créer un événement festif donnant le sourire aux gens. C’est sûr qu’il y a toujours des choses à améliorer, c’est normal, mais je crois que ce festival aurait plutôt droit à une tape dans le dos plutôt que de disparaître », explique au Journal M. Farinha.

Il est possible de lire dans le courrier que le budget du festival était de 50 000 à 60 000 $, « dont la moitié est pris en charge par la Ville de Chambly (réparti entre une aide financière et les services techniques) ». À ce budget de fonctionnement s’ajoutent les événements organisés de leur propre initiative par les commerçants.

Cependant, Mme Labbé indique que ce n’est pas un événement organisé par la Municipalité. « C’est un peu drôle qu’on prenne ça dans ce sens-là, comme si c’était à la Ville de décider. »

M. Cardinal, qui signe le courrier, explique que le conseil d’administration de l’événement sait « qu’un tel événement est fédérateur à la fois pour la majorité des citoyens de la ville de Chambly, pour les commerçants de l’avenue Bourgogne, mais également pour la municipalité. Il y a toujours place à de l’amélioration, et c’est dans cet esprit que l’équipe responsable de l’organisation, entourée des commerçants de l’avenue Bourgogne, a toujours travaillé ».

Cela n’empêche pas d’indiquer clairement dans le courrier signé par M. Cardinal qu’il est possible que les dix ans du festival ne soient jamais célébrés.

« Le conseil d’administration du Bourgogne Avenue Multiculturelle (BAM) recommande de reporter d’une année la présentation du festival », conclut M. Cardinal dans le courrier en encourageant tout le monde à « réfléchir sur la pérennité de l’événement ».

Rien de décidé

Contacté par le Journal de Chambly, Mario Lambert, de Démocratie Chambly, conseiller municipal du district 2, n’a pas entendu parler du Festival multiculturel depuis Noël 2019. « On m’apprenait que les organisateurs demandaient environ la même somme que l’an passé, soit environ 30 000 $. Mais c’est quoi, le programme? Chambly a une moyenne d’âge assez jeune et chaque année, il y avait de moins en moins d’activités pour les enfants. Il est important qu’il y ait une programmation à l’image de Chambly. J’ai le devoir de la demander. » M. Lambert indique que nous lui apprenons que le festival pourrait ne pas avoir lieu cette année. Il estime cependant qu’il est tout à fait normal que l’organisme présente à la Ville « une reddition de comptes. Ensuite, si le festival n’a pas lieu cette année, c’est peut-être leur volonté. Nous, à la Ville, on se pose des questions, on ne déconstruit rien, on demande de la rigueur ».

Pour Serge Gélinas, conseiller municipal indépendant du district 5, qui appartenait à l’ancienne administration, « à Chambly, nous vivons une période de démolition systématique. Le départ des Forts de Chambly, la fin des horodateurs et maintenant, si c’est avéré, la fin du Festival multiculturel. Quand on dit que ce festival a une mauvaise organisation, il est important de dire qu’il y a toujours eu un protocole d’entente avec la Ville qui n’était pas fait au coin d’une table. Ce festival est aussi l’occasion de faire la promotion de l’achat local. C’est important de montrer qu’il y a de la diversité à Chambly. Une Ville qui se refermerait sur elle-même, cela n’a jamais eu du bon ».

Pour le conseiller indépendant du district 6, Luc Ricard, le Festival multiculturel devrait demeurer. « Le côté multiculturel fait partie de Chambly et du Québec. Je ne suis pas impliqué dans le processus des activités culturelles de la Ville, mais depuis dix ans, je n’ai jamais eu de plainte par rapport à ce festival. J’appuie ce festival. »

Selon les organisateurs, le Festival multiculturel attirerait environ 20 000 personnes à Chambly.

Avis de la chambre de commerce

Pourquoi le Festival multiculturel de Chambly a de fortes chances de ne pas célébrer son 10e anniversaire? Ce n’est pas la question que se pose Sébastien Dion, directeur de la Chhambre de commerce et d’industrie du Bassin de Chambly (CCIBC)

« Cela fait près de dix ans que le Festival multiculturel évolue autour des mêmes commerces. Les organisateurs ont voulu passer le flambeau. »

Le président de la CCIBC, au cœur des initiatives commerciales de la municipalité, est bien placé pour indiquer que les propriétaires d’enseignes à Chambly veulent que le festival perdure « mais sous une autre forme. Beaucoup de commerces nous ont lancé plein d’idées et sont très enthousiastes à créer quelque chose, mais pas comme ce que l’on a connu au cours des neuf dernières années ».

M. Dion ne cache pas que « beaucoup de choses ont été suggérées par la Ville. Des réserves constructives. Il faut penser à une animation plus élargie pour repartir quelque chose de différent qui rassemblera plus de commerces. Après dix ans, on veut se renouveler. Il y a beaucoup de gens qui ont travaillé fort pendant toutes ces années. Il faut passer le relais

maintenant ».

Quand on lui demande s’il en sait un peu plus sur la tenue ou pas du festival cette année, il n’est pas prêt à nous répondre de manière formelle encore. « Peut-être pas cette année, mais l’an prochain. Nous souhaitons faire quelque chose de nouveau. Nous avons beaucoup d’idées de la part des commerçants. Il est possible que les organisateurs manquent de temps pour faire tout cela cette année. »

M. Dion est, en tous les cas, prêt à appuyer les personnes qui se donneront le défi de se lancer dans la transformation du Festival multiculturel. Il rappelle cependant que la CCIBC n’est pas là pour organiser l’événement.

« On va appuyer les personnes qui vont faire la chose, mais ce n’est pas la chambre de commerce qui organisera

l’événement. »

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
KarineEric PichéGrandi a Chambly Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Grandi a Chambly
Guest
Grandi a Chambly

Le probleme avec le Festival Multiculturel est le manque de « MULTI-CULTURE » et le Tri-Colori met tellement un « Gros Show » devant le restaurant qu’il monopolise le festival et bloque la rue. Je crois que si quelqu’un avait un idee comment organiser un evenement correctement, peut-etre qu’il n’aurait pas eu de probleme. Des reglements doit-etre mis en place et quelqu’un dois s’assurer qu’ils soient respecter par tout les commerces.
Deplus, tout le monde sais que les « plaintes » de l’annee 2019 sont venues du Tri-Colori et du Vieux Bourgogne.

Eric Piché
Guest
Eric Piché

Moi je serais bien content que mes taxe municipal ne serve pas a sa! Honnêtement je ne crois pas qu’un festival multiculturalisme soit une bonne dépense d’argent! Travailler a la place sur des programmes pour les jeunes d’ici. Après tout ses pour eux que nous payons nos taxe 🙂 des jeux de plus dans nos parc ect!! Une piste cyclable 2.0 😉

Karine
Guest
Karine

On brandit l’annulation, alors que le festival ne dialogue pas avec la ville? Que l’organisation s’ajuste: problème réglé! C’est tout de même une subvention de la ville, donc des citoyens.