L’autoroute de l’enfer?

Photo de Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Par Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
L’autoroute de l’enfer?
Le trafic s'annonce dense autour du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine durant les trois prochaines années. (Photo : Julien Dubois)

Le ministère des Transports a préparé le terrain pour alléger le trafic sur l’autoroute 25 lors des travaux. Le système sera-t-il efficace? 

Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine connaît un vif succès. Cette portion de l’autoroute 25 reliant l’île de Montréal à la Rive-Sud voit passer 120 000 véhicules par jour, dont 15 000 camions. Sa réduction de voies enchaînera inévitablement un reflux sur le pont Jacques-Cartier, voire le pont Champlain. Pour y remédier, le ministère des Transports (MTQ) mise sur le retrait d’un maximum de voitures.

S’adapter

Covoiturage et transport en commun sont les deux principaux arguments des pouvoirs publics pour prévenir au mieux les embouteillages qui provoqueraient un triplement du temps habituel de trajet : « Malheureusement, nous ne pourrons pas réserver de voie pour les camions, regrette Gilles Payer, porte-parole du MTQ. Ce n’est pas par manque d’intérêt, mais si l’on donnait la priorité aux camions, ce serait des milliers d’automobilistes que l’on pénaliserait. »

Alors que beaucoup d’entreprises et de travailleurs verront leur quotidien perturbé durant les trois prochaines années, Gilles Payer assure que le suivi sera bien présent : « Le MTQ parle à l’industrie. On regardera de près comment la situation évolue et on s’adaptera au mieux. Ce sont des professionnels du domaine qui ont envisagé la situation. Soyez certains qu’il serait difficile de concevoir un meilleur plan. »

Pas de meilleur plan

Le plan, justement, est de retirer un maximum de voitures de la route : « Chaque automobile avec un conducteur solo retirée de la route sera un atout pour les camions, poursuit le porte-parole. Mais historiquement, on a observé que chaque entrave nécessite une période d’adaptation. On va bien observer le phénomène pendant que le public trouve d’autres options. Les feux tricolores avant le pont Jacques-Cartier ont été synchronisés et ce sera l’occasion de mettre à profit le Réseau express métropolitain (REM, NDLR) reliant Montréal à Brossard dès le mois de décembre, probablement! » 

Durant les travaux, vous pourrez utiliser cinq stationnements incitatifs gratuits pour ensuite prendre un bus afin de rallier la station de métro Radisson sur l’île de Montréal :

– Belœil, au pied du pont Arthur-Branchaud, sur la rue de l’Industrie (sortie 112);

– Sainte-Julie (terminus Sainte-Julie), sur le boulevard Armand-Frappier (sortie 102);

– Boucherville, à l’angle de l’A-20, du boulevard De Montarville et du chemin de Touraine (sortie 95);

– Boucherville, à l’angle de l’A-20 et du boulevard de Mortagne (sortie 92);

– Boucherville, à l’angle de la R-132 et du boulevard De Montarville (sortie 18).

Partager cet article