L’atlas de nos paysages

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
L’atlas de nos paysages
Le témoignage d’Evelyne D’Avignon devant le Fort Chambly, dans la vidéo de présentation de l’atlas. (Photo : capture d'écran)

La MRC de La Vallée-du-Richelieu a lancé cet hiver son atlas, un tout nouvel outil qu’elle décrit comme étant « convivial, promotionnel et pédagogique ».

L’atlas regroupe les richesses du patrimoine paysager des 13 municipalités de la MRC, dont Chambly et Carignan. Des textes informatifs, lignes du temps et visuels de qualité propres aux sites les plus illustres y sont regroupés et présentés de sorte à favoriser une meilleure compréhension d’enjeux historiques, sociaux et géographiques, qui permettra d’émettre et suivre des recommandations quant à la gestion du patrimoine.

L’histoire derrière les paysages

Dans le volet « temporel » de l’atlas, on suit la chronologie d’événements marquants ayant façonné nos villes au travers des siècles. On y aborde le déploiement de l’industrialisation sur les rives Richelieu et la construction du canal Chambly, la colonisation aux abords du fort, l’avènement des industries du goudron et des scieries près des rivières et cours d’eau de Chambly et Carignan, les hauts et les bas de l’agriculture, les beaux-arts, la philosophie, et plus encore.

Une démarche en plusieurs étapes

La MRC a lancé un appel d’offres à divers regroupements et firmes spécialisés afin de mener des études sur les paysages de la région, qui ont mené à cette réalisation. C’est la firme Milieu qui a été retenue, et qui a soulevé l’idée d’un atlas, permettant de présenter le territoire « de manière technique, mais aussi de manière artistique », amène François Senécal, coordonnateur à l’aménagement et mobilité. L’étude a été financée à 80 % par le Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). Bien que des citoyens et sociétés d’histoire aient été sollicités afin de mener à bien ce projet d’envergure, la Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly espère toujours contribuer au projet. Le journal s’est entretenu avec René Fournier, son président.

« Je trouve que l’atlas est une excellente idée. J’espère qu’on va pouvoir collaborer car je suis entouré de plusieurs historiens aguerris (…) » – René Fournier

La société d’histoire

« Je trouve que l’atlas est une excellente idée. J’espère qu’on va pouvoir collaborer car je suis entouré de plusieurs historiens aguerris qui vont sûrement vouloir s’impliquer, mais dans le moment présent et avec la COVID-19, c’est compliqué. Je suis président depuis peu de temps, et avec les contraintes imposées par la pandémie, il nous est difficile de travailler efficacement. » Le local de la Société d’histoire faisant partie des bâtiments municipaux fermés, ce sont beaucoup d’archives qui ne peuvent être consultées à distance puisqu’elles ne sont pas numérisées, et plusieurs réunions qui ne se déroulent pas dans les conditions auxquelles les membres sont habitués.

Un mot des mairesses

« On est bien contents de l’aboutissement, c’est très intéressant », confie la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé. « C’est un bel outil qui va nous servir pour toute la planification du territoire. Ça va alimenter notre prise de décision, notamment quant au développement de notre centre-ville. »

Dans une vidéo promotionnelle diffusée en ligne, annonçant la disponibilité de l’atlas, la préfète de la MRC et mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, explique que « pour le conseil des maires, c’était une démarche très importante. Ça fait partie de notre planification stratégique 2020-25, et en tant que préfète (…) je suis très fière de mon territoire (…) On voulait montrer nos beaux paysages. C’est aussi une question de protection de ces paysages, c’est de déterminer aussi notre identité paysagère qui est très importante pour la MRC de La Vallée-du-Richelieu. »

Une richesse à notre portée

« À cause de la beauté qui nous entoure au quotidien (…) On ne s’en rend pas compte (…) l’atlas va nous permettre de voir les éléments qui sont derrière chez-nous. On a tout ça à proximité (…) et on (le) prend pour acquis », ajoute Evelyne D’Avignon, directrice générale et secrétaire-trésorière.

Avec cet outil, la MRC espère mieux aiguiller les décisions qui y seront prises en matière d’aménagement du territoire, de développement économique et récréotouristique, puis de valorisation patrimoniale et culturelle. Il est possible de consulter l’atlas en tout temps sur le site de la MRC, à mrcvr.ca/atlas-des-paysages/.

Question aux lecteurs :

Que pensez-vous de cette initiative de la MRC de La Vallée-du-Richelieu ?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires