Couper l’assurance-emploi pour les travailleurs refusant le vaccin

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Couper l’assurance-emploi pour les travailleurs refusant le vaccin
Le gouvernement a modifié les clauses restrictives pour le versement des prestations d'AE (Photo : domaine public)

Le gouvernement fédéral a modifié les clauses restrictives pour le versement des prestations d’assurance-emploi (AE), afin que les travailleurs refusant le vaccin contre la COVID-19 ne puissent bientôt plus en bénéficier.

Selon les libéraux, le soutien fédéral ne devrait pas être destiné aux travailleurs ayant perdu leur travail en raison de leur refus de se faire vacciner.

Modifications du programme d’AE

Dorénavant, à la cessation de travail, les employeurs devront remplir le relevé d’emploi en utilisant le code E (départ volontaire) ou le code N (congé) si leur employé a cessé de se présenter au travail parce qu’il refusait de se conformer à la politique de vaccination obligatoire contre la COVID-19 instaurée.

« (…) nos préoccupations en matière de santé publique demeureront prioritaires dans la prise de décision (…) » – Carla Qualtrough

Dans le cas où c’est l’employeur qui choisit de suspendre l’employé ou de mettre fin à son emploi pour la même raison, c’est le code M (congédiement ou suspension) qui s’applique. Les travailleurs ayant une exemption médicale ne seront toutefois pas affectés par ces changements au programme de prestations.

« Tant que la santé des Canadiens et de leur économie sera compromise, nos préoccupations en matière de santé publique demeureront prioritaires dans la prise de décision quant au Travail et à l’Emploi », a déclaré la ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, précisant que la nouvelle mesure visait essentiellement à éviter la fermeture des entreprises en raison d’éclosions, et pour encourager les Canadiens éligibles à se faire vacciner.

La ministre a indiqué que les Canadiens privés de prestations parce qu’ils refusent le vaccin pourraient le rester, tant que les enjeux de santé publique resteront préoccupants.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Normand Courtemanche et Diane
Normand Courtemanche et Diane
16 jours

150% d,accord