La Ville et l’ex-maire sont devant les tribunaux

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
La Ville et l’ex-maire sont devant les tribunaux
Denis Lavoie proclame n’avoir jamais été condamné pour aucune infraction. (Photo : archives)

La Ville de Chambly exige les 110 000 $ versés à l’ex-maire Denis Lavoie en 2019 à titre d’allocations de transition et de départ.

Les procédures judiciaires sont toutefois entamées. La résolution avait été adoptée lors de la séance du conseil de juillet dernier. Le conseil municipal avait formellement demandé à M. Lavoie de rembourser l’ensemble des sommes versées antérieurement par la Municipalité dans un délai de quinze jours suivant l’adoption de cette résolution.

La requête est scindée en deux montants. Tout d’abord, un remboursement concernant le paiement de l’allocation de transition de 70 393,04 $, dans le cadre de la fin de son mandat comme maire, était demandé. Successivement, la Ville ordonne également un retour de 39 503,67 $. Cette fois, cela touche l’allocation de départ de l’ancien premier magistrat. Le montant total s’élève donc à 109 896,71 $. Le montant de 70 890 $ est le montant net versé à monsieur Lavoie, soit après les déductions d’impôts. Le Service des finances devra analyser la situation afin de récupérer les sommes restantes retenues auprès du gouvernement.

110 000 $ – C’est le remboursement que réclame la Ville

Bataille judiciaire

Les procédures judiciaires étant enclenchées, les deux parties engagées dans la bataille se sont montrées avares de commentaires. Ne sachant jusqu’où se rendront lesdites procédures, la mairesse Alexandra Labbé n’est pas en mesure d’estimer la somme que les démarches coûteront à la Municipalité. « La décision n’a pas été prise en fonction de ça. C’est une question de justice », insiste Mme Labbé.

Concernant les honoraires d’avocats, Denis Lavoie assure que « là, c’est moi qui m’en occupe ».

Aller de l’avant

La Ville dit avoir décidé de lancer les démarches à la suite du résultat de l’enquête de la Commission municipale du Québec (CMQ) et de la déclaration d’inhabilité à siéger de l’ancien maire rendue en décembre 2021. « Jamais je n’ai été condamné pour aucune des infractions. J’ai accordé à la Commission que je ne me représenterais jamais, car j’étais trop malade. La CMQ m’a dit ‘’Acquiescez à une déclaration d’inhabilité de cinq ans et nous, on ferme le dossier’’ », répond Denis Lavoie. Il termine à ce sujet en parlant d’une enquête indépendante faite par la Commission en 2019 statuant que « M. Lavoie a démontré sans ambiguïté qu’il devait démissionner pour des raisons de santé ».

M. Lavoie, qui avait démissionné en avril 2019, avait été visé par la CMQ quant à 45 manquements déontologiques, notamment pour avoir facturé des milliers de dollars de dépenses personnelles à la Ville, pour des actes d’intimidation et pour de l’ingérence dans l’émission de permis.

Partager cet article