La valeur du bénévolat

Photo de Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Par Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
La valeur du bénévolat
Les bénévoles proposent des vêtements recyclés en très bon état. (Photo : Julien Dubois)

Le Centre de bénévolat de la Rive-Sud de Chambly offre de l’aide aux associations et aux particuliers grâce à ses volontaires. Son magasin propose aussi une solution de repli très intéressante en cette période d’inflation.

Le stationnement affiche complet. Les allées et venues sont régulières au Centre de bénévolat de la Rive-Sud en ce mardi après-midi. Certains viennent proposer leur aide, d’autres viennent suivre une formation. Installé au cœur de Chambly, l’immeuble accueille principalement des personnes venant aider la communauté. « On recevait surtout des retraités, mais aujourd’hui, davantage de personnes actives et d’étudiants viennent se présenter pour offrir de l’aide à la communauté, Ces derniers s’investissent parfois dans le cadre d’un projet d’école, sourit Véronique Lapierre, coordonnatrice du centre. Nous sommes une porte d’entrée pour ceux qui souhaitent aider dans le monde associatif. Les volontaires nous appellent d’abord et ensuite, nous discutons de leurs intérêts. Selon leur profil, on les oriente vers une mission qui leur convient. »

Une centaine de bénévoles

Au quotidien ou lors d’événements spéciaux, comme les Fêtes de fin d’année, certaines œuvres sont davantage prisées, comme le fait remarquer la cadre du centre communautaire. « Habituellement, ce sont les aides vers les personnes âgées, comme les visites d’amitié et les enfants, qui ont le plus de succès. D’ailleurs, la guignolée est l’événement qui attire le plus actuellement. »

« On a l’impression qu’une prise de conscience a eu lieu afin de donner une deuxième vie à leurs objets. »  – Véronique Lapierre

La pandémie passée, le centre a repris ses activités normales après une fermeture de plusieurs mois. « Cela nous a appris à voir les choses d’une manière différente. Certains bénévoles ont arrêté, d’autres sont arrivés, précise Véronique Lapierre. On compte une centaine de volontaires, dont une quarantaine qui s’occupent du magasin. Il n’est ouvert que deux jours et demi par semaine par manque de personnel. Certains s’occupent de l’accueil, d’autres, du tri des objets et de leur mise en place afin de les vendre. Les gens avaient hâte à sa réouverture, car nous proposons beaucoup de choses à faible prix. »

Le magasin est l’endroit où se trouvent des centaines d’objets, notamment habits, bibelots, livres, CD ou encore draps pour un prix minime. Une vraie caverne aux trésors! « On essaie d’aider les gens le plus possible dans un contexte d’inflation, poursuit la coordonnatrice. Il est important que des lieux soient financièrement accessibles, surtout en cette période de l’année. » Il ne vous en coûtera pas plus de quelques dollars pour habiller une personne avec des vêtements de marque ou alors pour dénicher un jouet intéressant lors du temps des Fêtes. « Nos stocks sont pleins!, renchérit la dirigeante, depuis douze ans investie dans la cause. Les gens donnent beaucoup plus qu’avant. On a l’impression qu’une prise de conscience a eu lieu afin de donner une deuxième vie à leurs objets. » Si plusieurs personnes viennent repérer les bonnes affaires étalées sur deux étages, il est impossible de trouver de la nourriture.

L’argent récolté est réinvesti dans le fonctionnement du centre. « On ne compte pas celui-ci comme une source de financement, confie Véronique Lapierre. Il sert à payer des factures, mais c’est tout. Nous fonctionnons plutôt grâce à nos bailleurs de fonds comme Centraide. »

Il est possible d’intégrer l’équipe de bénévoles en appelant le Centre de bénévolat de la Rive-Sud, au 450 658-4325 ou en se rendant directement au 1410, avenue de Salaberry à Chambly. Il est conseillé d’appeler auparavant afin de valider les heures d’ouverture.

Partager cet article