La nouvelle école de Chambly a un nom

La nouvelle école de Chambly a un nom

Les élèves de l’école Îles-de-la-Madeleine ont planté un grand tilleul d’Amérique de près de 3 mètres de hauteur dans la cour.

Crédit photo : Journal de Chambly

ÉDUCATION. Sans nom depuis son ouverture officielle en septembre, la nouvelle école de Chambly s’appellera finalement Madeleine-Brousseau.

Les parents se sont positionnés à 71% en faveur de Madeleine-Brousseau à l’issue d’un sondage dans lequel ils devaient indiquer lequel de trois noms ils préféraient.

Madeleine Brousseau a ouvert l’école de Demoiselles en 1827 à Chambly. Les jeunes filles pouvaient y apprendre la grammaire, la géographie, la mythologie, la broderie, le dessin, la peinture, la musique et un peu d’anglais.

La nouvelle école était à la recherche d’un nom depuis un petit moment. Le directeur de l’école avait d’ailleurs déjà exprimé son désir que la nomination de l’établissement qu’il dirige honore l’histoire de la région de même que le monde de l’éducation.

«Qu’il y ait une préoccupation de l’histoire de l’éducation pour le secteur de Chambly, je trouve que c’est un beau modèle à suivre pour nos écoles» a fait valoir la présidente du conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes, Hélène Roberge.

Un comité formé de parents, d’enseignants et du président de la société d’histoire de la seigneurie de Chambly avait retenu des noms. Les trois plus populaires ont été proposés aux parents.

 Outre Madeleine Brousseau, les parents avaient également le choix entre Nectaire-Galipeau et Pierre-Garnot.

Nectaire-Galipeau, de son nom complet Jean-Baptiste-Nectaire Galipeau, fut enseignant et directeur de l’école modèle de Chambly-Canton dans les années 1800.

Pierre Garnot a pour sa part enseigné au collège de Chambly de 1830 à 1836.  Il a également été rédacteur de L’Écho du Pays, pendant six mois, avant de retourner à l’enseignement, cette fois-ci au collège de L’Assomption.