La mémoire des aînés de Chambly

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
La mémoire des aînés de Chambly
Jean-François Roberge a rendu hommage aux "Gardiens de la mémoire" lors du lancement de leur recueil. (Photo : Chloé-Anne Touma)

C’est dans une salle comble de personnes traitées aux mocktails et aux canapés gastronomiques, venues sur invitation seulement, que se tenait le lancement d’un livre bien particulier, Les Gardiens de la Mémoire, le 12 juillet dernier à la Ferme Guyon.

Ce recueil, produit par le centre communautaire l’Entraide Plus de Chambly et ses membres, regroupe les histoires de 30 aînés établis sur le territoire. Un peu comme un hommage, il vise à reconnaître leur contribution au sein de la communauté et la transmission de leurs connaissances tout en immortalisant des trésors de leur mémoire, utiles pour les générations futures. Recettes, anecdotes, chansonnettes, conseils en matière de jardinage et plus encore, le recueil renferme des surprises insoupçonnées, révélant page par page les expériences et le passé des aînés qui ont, au fil du temps, façonné l’histoire du territoire, chacun à leur manière.

« Le projet est un bijou. On verra ce qui pourra naître de cette initiative. » – Alexandra Labbé

Le “beau” de la tragédie

Ces tranches de vie et personnalités qui en valent le détour en font un ouvrage précurseur d’une tendance, celle à vouloir se raconter. C’est que la pandémie aura éveillé les consciences à beaucoup de choses : la négligence dont la société a fait preuve à l’égard des aînés, l’importance d’en prendre soin et de les écouter, mais aussi le besoin de s’accorder une pause, un temps de réflexion pour créer, écrire, ou coucher ses mémoires sur papier. C’est du moins ce raisonnement qui a mené à la création du recueil.

De l’idée à la conception

Bouleversée par l’actualité concernant les aînés et par les ravages causés par le virus, l’équipe de l’Entraide Plus a ressenti le besoin de réagir et de proposer quelque chose de concret pour rappeler l’importance de prendre soin des « Gardiens de la Mémoire », a raconté Sylvie Blanchard, directrice générale du centre communautaire. « C’est Patricia Gilles, chargée de projets, qui, en me voyant dans tous mes états, s’est exclamée “Tu as raison, Sylvie, nous devons faire quelque chose. Ce sont les gardiens de nos mémoires.” », et c’est ainsi que l’occasion de « parler d’eux avec eux, pour eux, pour nous, pour les générations actuelles et futures », est devenue lumière dans la noirceur.

L’organisme s’est allié de bénévoles pour recevoir les appels téléphoniques, recueillir les témoignages et les retranscrire, puis a produit le recueil, financé par le gouvernement du Canada grâce au programme Nouveaux Horizons pour les aînés.

Un lancement émouvant

Étaient présents au lancement plusieurs élus, dont la mairesse de Chambly, Alexandra Labbé, qui a contribué à la rédaction. « On m’a parlé du projet Les Gardiens de la Mémoire et on m’a demandé si ça me tentait d’écrire dans la préface du livre. Je n’avais jamais fait cela, mais je trouvais le projet vraiment intéressant », a-t-elle confié au journal. « Je peux vous dire que c’est vraiment un outil formidable, car des fois, on est très formel dans notre façon de raconter une histoire. On a perdu ce talent de transmission naturelle, organique et familiale de “grand-papa qui te raconte ce qu’il a fait au chantier…” Je trouve qu’il y a quelque chose de tellement quotidien et anecdotique qui nous donne le goût d’en apprendre sur chacun des personnages. En parallèle des sociétés d’histoire, c’est le genre de ressource qui peut intéresser beaucoup de monde, à Chambly et ailleurs. Le projet est un bijou. On verra ce qui pourra naître de cette initiative. Pourquoi pas des ateliers dans les écoles, pour aller raconter ces histoires? Ça peut être le début de quelque chose », suggère la mairesse. C’est aussi l’avis du maire de Carignan, Patrick Marquès : « C’est une très belle initiative, car la mémoire des personnes âgées, c’est aussi la mémoire collective. C’est toujours intéressant d’en apprendre sur son passé et ce sera utile également pour le futur. On a beaucoup à apprendre des aînés », termine-t-il.

Pour le maire sortant de Richelieu, Jacques Ladouceur, « le recueil est une excellente idée. Ça me fait penser à la chanson d’Harmonium dans laquelle on s’interroge à savoir ‘’où est allé tout ce monde qui avait quelque chose à raconter?’’, car on a tous quelque chose à raconter, et j’ai hâte de lire les histoires du livre ». Puis, représentant Saint-Mathias-sur-Richelieu en l’absence de la mairesse, Jocelyne Deswarte, le conseiller municipal Jean Rioux s’est dit « très fier des Gardiens de la Mémoire. Je trouve que, des fois, on n’apprécie pas assez nos parents et grands-parents. Il y a du laisser-aller. On a besoin d’eux », conclut-il. « Je trouve le recueil remarquablement bien écrit! », a finalement offert le député de Chambly, Jean-François Roberge, lui-même auteur d’un essai et de deux romans. « Ce n’est pas tout d’avoir une bonne histoire. Il faut savoir la livrer habilement. Chaque chapitre peut être lu individuellement. C’est bien ficelé et ça se lit très facilement », vante le député et ministre.

Le livre est en vente au centre l’Entraide Plus ainsi qu’à la Librairie Larico de la Place Chambly, au montant de 14.95$. Un deuxième tome est en préparation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires