La Marche Myélome Multiple

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
La Marche Myélome Multiple
Grâce aux traitements, Guy Ménard a pu reprendre sa vie là où il l’avait laissée avant le diagnostic du myélome multiple. (Photo : courtoisie)

La 12e édition annuelle de la Marche Myélome Multiple de Montréal, organisée par Myélome Canada, aura lieu le dimanche 20 septembre à 10 heures.

À l’été 2016, on a diagnostiqué chez Guy Ménard, un Chamblyen, un myélome multiple. C’est lors du printemps 2017 qu’il a vécu la majeure partie de ses traitements, soins auxquels il a bien réagi.

« Mon état de santé actuel est excellent. Je fais du vélo, je suis un coureur, je joue au hockey : ma santé est équivalente à ce qu’elle était auparavant. J’ai la chance de faire partie du groupe qui réagit bien aux traitements, contrairement à d’autres. Dans mon cas, je n’ai pas les effets secondaires que d’autres vivent en raison des médicaments. Il n’y a pas de bonne explication pour ça; ça adonne ainsi. Le traitement de base, l’autogreffe, est dur en soi, mais après, je suis revenu sur pied assez rapidement », relate M. Ménard, qui est également l’un des fondateurs du Club cycliste de Chambly.

Son myélome, l’homme l’a découvert de curieuse façon. À titre de coureur, celui-ci ressentait une blessure à la hanche. Son premier réflexe a été d’associer la blessure à la discipline sportive. Naturellement, les premiers traitements ont été d’ordre physiothérapique. Le mal ne s’est pas atténué et une radiographie est devenue nécessaire. C’est lors de cette intervention qu’une métastase a été découverte.

« Tout s’arrête soudainement, mais le temps étant un concept très puissant, après un moment, on revient à une vie normale. » – Guy Ménard

« Après investigation, on a identifié que c’était un myélome. Les gens le découvrent parfois car ils sont très fatigués du fait que c’est une forme de bris se créant sur la colonne vertébrale, là où se retrouve la moelle osseuse. La ‘’chance’’ que j’ai eue, c’est qu’il s’est situé dans un endroit où c’est vite devenu douloureux. On a pu le diagnostiquer tôt », nuance le sportif de 63 ans.

Nouveau visage pour la marche

Cette année, la Marche de Montréal a été modifiée afin de freiner la propagation de la COVID-19. Conformément aux mesures de distanciation physique, les participants sont encouragés à organiser leur propre marche dans leur quartier en même temps que la marche qui était prévue.
« Dans mon cas, ce sera la course myélome plutôt que la marche. Mon épouse marchera également. Ce sera notre contribution. C’est un peu moins agréable que de le faire en groupe, mais les circonstances sont ce qu’elles sont », fait part l’homme qui sillonnera les rues de Chambly lors du moment commun venu.

Le temps qui s’arrête

Faisant référence à la campagne publicitaire où l’on voit des patients littéralement soufflés de leur siège à la tombée d’un diagnostic, Guy Ménard illustre le choc ressenti d’une telle annonce.

« C’est le genre de chose qu’on n’a pas envie d’entendre. Pendant un certain temps, on ne fonctionne qu’en lien avec les traitements et les discussions que ça implique. Tout s’arrête soudainement, mais le temps étant un concept très puissant, après un moment, on revient à une vie normale », boucle le retraité du monde des communications.

Myélome Rive-Sud

Le groupe Méylome Rive-sud a été fondé par Danny Wade et Jean-François Couture, un Chamblyen. L’entité est une ressource de soutien pour les personnes atteintes par le myélome multiple ainsi que pour leurs proches aidants. Il vise à briser l’isolement à travers des rencontres et à transmettre une information juste et validée par le biais des professionnels de la santé qui viennent donner des conférences sur les sujets pertinents.

La Marche Myélome Multiple

La Marche Myélome Multiple, événement de collecte de fonds signature de Myélome Canada, en est à sa 12e édition. Cette marche annuelle de cinq kilomètres rassemble de nombreuses communautés canadiennes afin d’amasser des fonds essentiels à la recherche et d’améliorer la vie de tous les Canadiens touchés par un myélome. Montréal est l’une des 33 communautés du pays à participer à la Marche Myélome Multiple cette année. L’objectif national de collecte de fonds est fixé à 650 000 $.

À propos du myélome

Le myélome multiple, communément appelé myélome, est la deuxième forme de cancer du sang la plus répandue. Le myélome affecte les plasmocytes du système immunitaire, que l’on retrouve dans la moelle osseuse. Chaque jour, neuf Canadiens reçoivent un diagnostic de myélome et malgré sa prévalence accrue, ce cancer demeure peu connu. Bien que la maladie soit incurable, les patients vivent mieux et plus longtemps grâce au développement de nouveaux traitements. Toutefois, pour guérir le myélome, plus d’investissement et de recherche sont nécessaires. Pour en savoir plus, visitez www.myelome.ca.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Huguette DionDanny Wade Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
newestplus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Danny Wade
Guest
Danny Wade

Je tiens à remercier le Journal de Chambly et leur journaliste, Jean-Christophe Noël, pour ce magnifique article. Comme le mentionne Guy Ménard, le mot cancer, personne ne souhaite l’entendre. Et lorsque celui-ci a son propre nom; Myélome Multiple, le choc est autant plus terrible. Heureusement, la recherche ne cesse de progresser ici même au Québec et spécialement grâce à la Chaire d’étude sur le myélome multiple de l’université de Montréal. Il y a les des hommes et de femmes entièrement dévoué à trouver la ou les causes et à vaincre le myélome une fois pour toute. Le nerf de la… Lire la suite »

Huguette Dion
Guest
Huguette Dion

Je sais que j ai le myelome depuis le debut avril 2019 , j en suis a ma deuxième série de chimio et je suis toujours en forme