La galerie virtuelle de Miss Rey

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
La galerie virtuelle de Miss Rey
Sculpture en acier et bois de grange de Danny Perkins Internal Dance. (Photo : courtoisie)

Les amoureux d’arts ne pouvant plus circuler au sein de La Galerie de Miss Rey, à Chambly, celle-ci a décidé d’aller à leur rencontre virtuellement.

« Ça fait deux mois que nous sommes fermés au public. Il n’y a pas d’action sur place ni d’achalandage, bien entendu », déclare d’office Miss Rey.

La propriétaire de la galerie a donc pris le taureau par les cornes. Elle s’est dit que si les gens ne pouvaient se rendre à l’art, c’est l’art qui se rendrait à eux.

« J’ai développé l’aspect virtuel de la galerie. Je publie sur les réseaux sociaux des photos, des petits clips, des vidéos, des live stream. Je fais également des ajouts sur mon site Web », détaille Miss Rey.

Le virtuel permet aux œuvres de rayonner jusque dans les foyers de ceux qui souhaitent les contempler. Toutefois, est-ce comparable à être face à l’œuvre et en ressentir la forme d’énergie qui s’en dégage?

« Je crois que nous vivrons désormais avec la combinaison des deux. Ce qui est intéressant avec le virtuel, c’est que l’on peut se répandre assez loin. Il y a des gens au Texas ou en Californie qui regardent ce qui se passe à la galerie. Ça nous installe sur la carte mondiale. Toutefois, on ne peut pas avoir le même lien, la même relation avec une œuvre lorsque ce n’est pas un contact direct. J’ai donc très hâte de rouvrir mes portes », fait part la Chamblyenne, d’un rire teinté de résilience.

Réouverture

Ses portes, si tout va bien, elle devrait les ouvrir le 25 mai.

« Nous sommes considérés comme un commerce de détail, donc on devrait ouvrir le 25 mai et nous sommes prêts pour ça. J’ai dessiné le trajet que devront emprunter les visiteurs en ajoutant des points d’observation avec les distances requises. Chaque pièce a été bien réfléchie en ce sens », dit Miss Rey dans l’optique d’une réouverture respectant les normes de la santé publique.

Artistes d’ici

Dans la même lignée que le fameux slogan Penser local. C’est génial!, Miss Rey encourage et propage les artistes d’ici.

« À part un ou deux artistes, la galerie expose des artistes de la région. J’essaie d’être présente dans les médias de la communauté et de pousser les gens d’ici. C’est d’autant plus important que les symposiums sont annulés. Les artistes se tournent plus que jamais vers les galeries », met de l’avant l’enseignante à l’école de la Magdelaine, à La Prairie.

Art Battles

Les Art Battles mis en place par la galerie sont de retour pour 2020. Les recettes de ce combat artistique iront une fois de plus à Posa/Source des Monts ainsi qu’à un autre OBNL de Chambly. Le premier duel, qui devait avoir lieur le 30 mai, sera cependant converti sur le Web.

« Étant donné que les rassemblements ne sont pas permis, le premier Art Battles sera virtuel. On se réinvente et on explore de nouvelles avenues. Les artistes inscrits feront leur tableau en direct d’où ils sont », explique l’organisatrice, qui n’a pas encore statué pour ce qu’il en sera des Art Battles de juin à août.

La Galerie de Miss Rey aurait pu toucher le prêt sans intérêts offert aux commerces. Celle-ci a préféré ne pas y accéder « ne désirant pas s’endetter encore plus. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de