La fin du Club Optimiste de Chambly

Par Martine Veillette
La fin du Club Optimiste de Chambly
Des membres du Club Optimiste de Chambly participaient à des cliniques de don de sang. (Photo : courtoisie)

Après 50 ans d’activités auprès de la communauté chamblyenne, le Club Optimiste de Chambly s’est vu dans l’obligation de cesser ses activités faute de relève.

« Ça fait des années qu’on y pense. On a une diminution d’effectifs et on manque de relève », indique Gilles Hamel, secrétaire de l’organisme. Le Club Optimiste a officiellement fermé le 30 septembre.

Le Club comptait une vingtaine de membres, dont une douzaine étaient plus actifs. Pour bien fonctionner, M. Hamel souligne qu’il doit y avoir une cinquantaine de membres actifs. Le bénévolat n’est plus ce qu’il était, selon celui qui compte une quarantaine d’années à donner de son temps à différents organismes.

« C’est triste, déplore-t-il. On encourageait la persévérance scolaire. On a toujours été dans les écoles. C’est regrettable. »

Implication

Le Club Optimiste était particulièrement présent au sein des écoles de Chambly et aussi de Carignan. Il y organisait des concours de mathématiques, d’échecs et d‘art oratoire.

« On encourageait la persévérance scolaire. On a toujours été dans les écoles. C’est regrettable. » – Gilles Hamel

Le Club Optimiste finançait également l’achat de sacs d’école et de matériel scolaire. Il en remettait en moyenne 50 par rentrée. « On le faisait de façon anonyme, selon les demandes des écoles », mentionne le secrétaire du Club. Il commanditait aussi certains événements et des activités scolaires telles des pièces de théâtre ou des concours de robotique.

Les membres participaient également aux activités entourant la fête de l’Halloween avec les pompiers ainsi qu’à des cliniques de don de sang.

Des dons importants

En se dissolvant, le Club a remis des dons importants à différents organismes. Parmi ceux-ci, la Fondation Mira, qui offre des chiens d’accompagnement à des personnes aveugles ou atteintes du trouble du spectre de l’autisme, a reçu 7000 $. La Fondation a indiqué au Journal que ce montant servira à financer un chien qui sera un jour confié à un jeune TSA de Chambly.

Le Club a aussi remis des dons à Posa/Source des Monts, au corps de cadets de Chambly, aux Chevaliers de Colomb ainsi qu’aux différentes écoles. « L’argent vient de la communauté, c’était important de le lui retourner », soutient M. Hamel, qui a toutefois préféré taire les montants.

La principale activité de financement de l’organisme était l’emballage de cadeaux durant le temps des Fêtes.

D’autres clubs

Pour l’instant, le Club le plus près est situé à Richelieu. Il y en a un aussi à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Selon M. Hamel, il est toujours possible de réanimer un club. « Je l’ai vu dans d’autres municipalités », souligne-t-il. C’est notamment le cas de celui de Marieville, qui a été inauguré en mars 2017 après avoir été inactif durant plusieurs années.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de