La famille de Ramezay

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
La famille de Ramezay
Guy Desautels, président de la Société d'histoire de la seigneurie de Monnoir, et Jean-Paul Bergeron, administrateur financier de la paroisse de Sainte-Angèle-de-Monnoir, déploient maints efforts pour que se perpétue l'histoire. (Photo : (Photo : Jean-Christophe Noël))

Le 20 novembre prochain, à 14 h, aura lieu la conférence sous la thématique de Claude de Ramezay, au Club FADOQ de Marieville.

Dans cette conférence, l’historien Georges Lemieux (M.A. UQAM 2009) explorera les origines familiales de Claude de Ramezay. Il sera question de son arrivée en Nouvelle-France, de sa carrière politique et de ses activités économiques, jusqu’à la concession de sa première seigneurie en 1708 : la seigneurie de Monnoir.

1657 C’est l’année de naissance de Claude de Ramezay

Le conférencier racontera comment Claude de Ramezay a réussi à utiliser ses relations personnelles et ses fonctions militaires afin de construire et de faire fonctionner ce qui fut probablement la première entreprise forestière d’envergure au Canada.

Cette conférence permettra également de répondre à des questions entourant les origines du nom de la seigneurie, d’explorer les raisons pour lesquelles elle fut concédée à Claude de Ramezay et d’aborder la vie et le destin tragique de son fils cadet qui en portait le nom : Louis de Ramezay de Monnoir. 

Claude de Ramezay

Né le 16 juillet 1657 à Nicey, en Bourgogne, Claude de Ramezay est le troisième enfant de Thimothée de Ramezay et de Catherine Tribouillard. Clan d’origine noble par la lignée paternelle, la famille du côté de sa mère fait plutôt dans le commerce. 

Servant dès 1674 dans la garde rapprochée du roi Louis XIV, il est envoyé au Canada en 1685. Ce jeune lieutenant dans les troupes du roi gravira les échelons jusqu’à devenir gouverneur de Montréal, où il se fera construire ce qu’il considérait être « la plus belle maison du Canada », soit l’actuel château de Ramezay. Il se démarque par ses nombreuses entreprises industrielles. (Source : Société d’histoire de la Seigneurie de Monnoir)

Partager cet article