La culture en manque de financement

La culture en manque de financement

Les employés des conseils régionaux de la culture du Québec réunis à Victoriaville, les 24 et 25 janvier, pour le premier Grand rendez-vous du Réseau Québec Culture.

Crédit photo : Ezra Bridgman

Montérégie. Huit ans après la parution de l’étude « Le financement de la culture en Montérégie 2009-2010 », les choses ne semblent pas s’être améliorées.

Huit ans après la parution de l’étude « Le financement de la culture en Montérégie 2009-2010 », Culture Montérégie récidive et lance une nouvelle édition du document, avec ses plus récentes analyses des données disponibles compilées. Un travail minutieux, qui permet de dresser un portrait clair d’une situation peu reluisante.

« Le portrait que l’on a publié est loin d’être celui que nous aurions souhaité publier, explique Franck Michel, directeur général de Culture Montérégie. Oui, il y a eu des fonds investis en culture en Montérégie au cours des dernières années, mais toujours en deçà des besoins du territoire, de son milieu culturel et de sa population. »

La Montérégie, avec ses 111 112 km et ses 1,5 million d’habitants, semble ne pas recevoir sa part du gâteau afin de mettre en valeur l’aspect culturel de sa région. « C’est une question d’équité, souligne M. Michel. Une région comme la Montérégie doit recevoir de plus grosses sommes. Si l’on ramène le montant des investissements publics en culture par habitant en dollars constants, on voit que la région est passée de 16,17 $/habitant en 2005-2006 à 17,39 $/habitant en 2014. Elle se retrouve encore au 16 et à l’avant-dernier rang au palmarès des régions. Le retard est loin d’être rattrapé. »

En publiant cette analyse, Culture Montérégie espère que les élus redoubleront d’efforts pour remédier à la situation. L’organisme réitère l’urgence de travailler en collaboration pour faire en sorte que l’investissement en culture puisse augmenter au Québec, et que la Montérégie reçoive sa juste part.

Pour l’organisme, la situation du financement de la culture est critique; les conditions de pratiques et de vie des artistes et des travailleuses et travailleurs culturels s’en ressentent.

En amont du renouvellement de la Politique québécoise de la culture, qui sera divulguée en avril, la Coalition La culture, le cœur du Québec renforce ses revendications pour la mise en œuvre d’un plan d’action interministériel pour les ressources humaines en arts et en culture et pour l’augmentation significative du budget du ministère de la Culture et des Communications et de ses sociétés d’État.

Les conclusions de ce mémoire ont été présentées le 2 février à la vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science, de l’Innovation, Dominique Anglade, ainsi qu’au cabinet du ministre des Finances, Carlos J. Leitao, et ce, dans le cadre des consultations prébudgétaires. Il a été également adressé à la ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit.

Cinq propositions

La Coalition fait dans son étude cinq propositions pour mieux répondre aux ambitions culturelles du Québec en y adaptant une politique économique. De manière générale elle suggère d’intégrer les cinq recommandations dans une « Politique économique pour la culture et les arts », valorisant la culture.

La première d’entre elles serait d’augmenter progressivement la part du financement public en culture vers une cible fixe de 2 % d’ici à 3 ans. Cette part est de 1,1 % aujourd’hui. La Coalition souhaite valoriser la création artistique au même titre qu’il reconnaît l’importance de la recherche et du développement dans les domaines scientifiques et techniques tout en bonifiant l’équilibre du financement culturel public et privé.

Le quatrième objectif serait de favoriser l’investissement privé dans les infrastructures de la culture et la valorisation du patrimoine, en apprivoisant les meilleures pratiques de collaboration des secteurs public et privé.

La dernière proposition serait d’encourager l’entrepreneuriat culturel avec des services adaptés.

Culture Montérégie

Fondé en 1977, Culture Montérégie a pour mission de regrouper et de mobiliser, dans un esprit de concertation, l’ensemble des personnes, physiques ou morales, établies en Montérégie qui exercent une activité professionnelle dans les domaines de la culture et des communications. L’organisme les représente et leur offre des services. Il fait la promotion de la culture et des communications et participe au développement culturel de la Montérégie.