La Clinique du fort Chambly est prête

La Clinique du fort Chambly est prête
Un texte de Félix Lebel

La seule clinique publique qui offre le « sans rendez-vous » de Chambly a implanté un service d’entretien téléphonique pour faire face à la pandémie de la COVID-19 sans réduire son offre de service.

Cette mesure touche majoritairement les patients qui ont seulement besoin d’un renouvellement de prescription. Pour ceux dont le cas nécessite un examen par le médecin, comme les patients qui s’inscrivent au « sans rendez-vous », une procédure préventive de triage a été mise en place.

L’ensemble du personnel médical a récemment été formé en ce sens. D’abord, tous les patients qui doivent se présenter à la clinique sont contactés par une infirmière. Une série de questions sont posées afin de déterminer si les personnes sont à risque d’avoir contracté la COVID-19.

« Disons qu’on ne va pas chômer dans les prochaines semaines. » – Dr Luc Gagnon.

Les patients qui souffrent des symptômes spécifiques à la pandémie et qui sont de retour d’un voyage seront redirigés vers la ligne téléphonique des centres de dépistage du virus, soit le 811. Il n’est donc pas possible pour ces patients de se présenter à la clinique, afin d’éviter les risques de contagion.

Sur place, la salle d’attente a été divisée en trois sections de confinement. La première salle est réservée pour les personnes qui ne présentent aucun signe de symptômes associés à la COVID-19. La deuxième sert à ceux qui souffrent de toux et qui font de la fièvre, alors que la troisième est réservée pour les personnes qui ne présentent pas de symptômes mais qui reviennent de voyage.

Cette troisième salle a été créée parce que certaines personnes peuvent être porteuses du virus sans toutefois en ressentir les symptômes, communément appelés les cas asymptomatiques.

« C’est un grand bouleversement. Il faut être capable de voir le plus de patients possible et éviter qu’ils ne se retrouvent en deuxième ligne, soit à l’urgence. Disons qu’on ne va pas chômer dans les prochaines semaines », explique le directeur de la Clinique du fort Chambly et médecin, Dr Luc Gagnon.

Des précautions importantes

Afin de protéger le personnel médical et les patients, l’ensemble des surfaces de la clinique est désinfecté chaque heure. L’entretien ménager à la fin de la journée a aussi été bonifié avec un désinfectant encore plus puissant. Un effort important et nécessaire pour empêcher la prolifération du virus.

Les médecins sont pour l’instant équipés de masques de procédures, de gants et de chemises normales. Ces équipements sont suffisants en sachant que le virus se propage surtout via des gens revenus de voyage.

Dans le cas où le virus se propagerait de façon communautaire, soit de personne en personne, les médecins devraient alors modifier leurs pratiques. C’est là qu’arrivent en ligne de compte les masques N-95, spécifiques pour bloquer les virus dans l’air. Quant à l’approvisionnement de ces équipements de sécurité, Dr Gagnon estime que la clinique ne prévoit pas en manquer.

Ce dernier invite les citoyens à suivre les directives de la Santé publique et à consulter leur médecin en cas de nécessité seulement. « Toutes les mesures ont été mises en place pour s’assurer que les patients sont en sécurité. Nous avons appliqué les mesures basées sur l’état actuel des connaissances scientifiques et nous voulons que la population ait accès aux soins auxquels ils ont droit, de façon différente, mais tout aussi efficace. », expliquait Dr Gagnon en entrevue.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires