Jeux olympiques de Tokyo : À quoi s’attendre cet été ?

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Jeux olympiques de Tokyo : À quoi s’attendre cet été ?
Jacqueline Simoneau participera aux Jeux olympiques de Tokyo. (Photo : courtoisie)

Le 3 mars dernier, la presse japonaise a annoncé que les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo 2020, reportés à cet été, envisageaient d’interdire la venue de spectateurs étrangers en raison de la pandémie. Depuis, certains athlètes doivent se faire à l’idée qu’ils devront peut-être performer sans l’appui du public espéré.

Cette décision, qui sera officialisée à la fin du mois, si définitive, n’est pas sans affecter le moral de nos athlètes québécois s’étant qualifiés et préparés à vivre cet événement dans des conditions bien différentes.

Se concentrer sur l’essentiel

« Il est certain que j’aime vraiment cela quand il y a des spectateurs étrangers dans les estrades », entame la nageuse Jacqueline Simoneau, originaire de Chambly, qui s’est qualifiée pour les Jeux de Tokyo. « J’aimerais vivre l’expérience avec mes parents et la partager avec des personnes venues d’autres pays. Mais évidemment, c’est la santé publique qui prime et qui doit passer avant tout. Si l’on penche pour cette décision, elle sera entièrement justifiée et je la comprendrai. En fin de compte, il faut se rappeler que le travail d’un ou d’une athlète, c’est de faire la compétition. Là, on aura cette opportunité et c’est l’essentiel. »

« En fin de compte, il faut se rappeler que le travail d’un ou d’une athlète, c’est de faire la compétition. » – Jacqueline Simoneau

Du côté du Japon

Cette proposition vise à protéger les Japonais en « priorité » et à réduire leur niveau d’« anxiété », a déclaré la présidente du comité d’organisation, Seiko Hashimoto, qui s’est entretenue avec des responsables du Comité international olympique (CIO), le gouvernement japonais et la Ville de Tokyo.

Une étude du professeur d’économie Katsuhiro Miyamoto, de l’Université de Kansai, prévoit que le Japon essuiera des pertes de 23 milliards de dollars (US) si les Jeux se tiennent sans spectateurs étrangers.

L’esprit olympique malmené

Si la compétition reste l’enjeu principal, il n’en demeure pas moins que les Jeux olympiques ont toujours été associés à la célébration de la diversité, du rassemblement des nations et du respect des différences. Avec un format moins traditionnel, il sera moins évident de rendre justice à la culture des Olympiques.

La décision à savoir si les Jeux se dérouleront selon la formule proposée sera officiellement rendue d’ici la fin du mois, avant le début du relais de la flamme olympique qui se tiendra le 25 mars prochain au Japon.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires