Jamais deux sans trois

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Jamais deux sans trois
Sarah-Jeanne Meunier-Bédard se remet d’une longue pause en raison d’une déchirure au ligament croisé antérieur. (Photo : courtoisie)

La Carignanoise Sarah-Jeanne Meunier-Bédard a raflé, pour une troisième année consécutive, une bourse de 4 000 $. À ce rythme, il serait presque logique de nommer la bourse en son nom.

Ce sont 90 000 $ que les partenaires de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec (FAEQ) ont divisé, à la mi-juin, en 27 bourses individuelles dans le cadre du Défi 808 Bonneville. Bien qu’accoutumée à recevoir cette aide financière, l’athlète, qui se démarque en volleyball de plage, a reçu l’honneur avec une reconnaissance renouvelée.

« Les donateurs sont au cœur de mon développement. Ça fait du bien au moral et au portefeuille. En tant qu’étudiante-athlète, ça laisse peu de temps pour travailler. Cette bourse me donne la latitude de mettre davantage de temps à l’entraînement qu’au travail », fait part la joueuse de volleyball.

C’est toutefois une année unique dans sa carrière qu’a connue la sportive pour une raison peu enviable. En septembre 2019, fraîchement revenue de Toronto afin de compléter sa dernière année universitaire à Sherbrooke, la jeune femme de 25 ans s’est déchiré le ligament croisé antérieur, dans un tournoi préparatoire, en atterrissant après un saut d’attaque. Mise sur la touche, c’est une saison de réhabilitation qu’elle a vécue.

27  – C’est le nombre d’étudiants-athlètes qui se sont partagés les 90 000 $ de bourse.

« J’ai recommencé à m’entraîner il y a deux ou trois semaines. Le confinement a retardé le processus. Quand le confinement a débuté, j’étais rendue à la phase où je pouvais retourner en gymnase et retravailler ma masse musculaire. Les salles ont fermé et j’ai dû m’organiser avec mes propres moyens. Ça a ajouté à l’attente, mais ça a été profitable car, parfois, on retourne trop tôt après une blessure et on l’aggrave. Ça a fait en sorte que j’étais vraiment prête à recommencer », exprime Sarah-Jeanne Meunier-Bédard, qui n’avait jamais été privée si longuement de volleyball. À travers cette épreuve, la double championne provinciale en titre a travaillé sur sa force psychologique et intérieure.

Dans sa mire, l’objectif principal est de prendre le temps de bien récupérer de sa blessure et de reprendre confiance, autant en son corps qu’en son jeu. Elle se concentre sur sa forme physique et souhaite replacer ses billes à l’échelle provinciale jusqu’à ce que reprennent les activités internationales.

Nouvelle coéquipière

Entraînée par Annie Martin, olympienne en 2004 et 2012, et son conjoint Vincent Larivée, Mme Meunier-Bédard entame une nouvelle synergie, alors qu’elle s’associe avec Maud Chapleau à titre de coéquipière.

Tout juste avant sa blessure, la femme qui terminera cette année son baccalauréat en enseignement primaire et préscolaire a terminé 4e aux Championnats canadiens en août 2019 qui se disputaient à Toronto.

Bourses

Les 90 000 $ sont partagés ainsi : 66 000 $ proviennent des Industries Bonneville, 14 000 $ sont octroyés par Fenplast et 10 000 $ découlent de Lowe’s Canada.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de