J’ai faim à tous les jours prend sa retraite

Par Annabelle Baillargeon
J’ai faim à tous les jours prend sa retraite

COMMUNAUTAIRE. Après près de 16 ans de loyaux services pour permettre aux enfants démunis de bien manger à l’école le midi, la Fondation J’ai faim à tous les jours tirera sa révérence à la fin de l’année scolaire, en juin.

Les organismes communautaires partageant la mission de soutenir les enfants démunis reprendront le flambeau de la Fondation, par le biais d’un compte spécial réservé à offrir des repas pour les jeunes qui en ont besoin.

De cette façon, au moins 20 écoles continueront à être aidées. La liste complète des organismes devrait être dévoilée prochainement.

« C’est une décision que j’ai prise pour passer plus de temps avec ma famille et mes petits-enfants et pour permettre à ma femme de souffler un peu. Je voulais profiter du temps que ma femme et moi sommes en bonne en santé pour profiter de la vie et éviter d’arrêter quand il est trop tard », explique Serge Allaire, fondateur de la Fondation, qui fait du bénévolat depuis près de 45 ans.

Son acolyte de la Fondation, Monique Couture en profitera pour prendre un peu de temps pour elle. « Après tout, à 84 ans, c’est le temps de prendre ma retraite », lance avec un sourire Mme Couture.

Cette dernière s’implique depuis toujours auprès de la communauté et est une «vraie aidante naturelle », comme le précise M. Allaire.

Retour dans le temps

La fondation J’ai faim à tous les jours a débuté par un projet de souper spaghetti pour réunir les aînés et les jeunes de l’école de Bourgogne. Rapidement, les proportions de l’événement ont changé pour tenir une journée complète de collecte de fonds, qui a permis de récolter 12 500 $.

Un an plus tard, la Fondation entrait officiellement en activité. De fil en aiguille, de nouvelles activités de financement se sont greffées aux activités de la Fondation telles que le Grand MC Don, la collecte de fonds du restaurant Kapetan, les tirelires à l’Halloween, etc.

C’est avec beaucoup de fierté que la Fondation franchissait le cap des 100 000 $ en dons l’an dernier, qu’elle a ensuite remis à des écoles et des organismes par le biais de chèques cadeaux dans les marchés d’alimentation pour garnir les lunchs des jeunes dans le besoin.

La nouvelle de la dissolution de la Fondation pourrait en bouleverser quelques-uns, mais Mme Couture et M. Allaire se font toutefois rassurants, promettant que les organismes de la région pourront poursuivre la mission, qu’ils ont entamée, il y a maintenant près de 16 ans.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires