Inquiet pour la sécurité des enfants

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Inquiet pour la sécurité des enfants
Gilles Proulx relève des problèmes de sécurité autour de l’école Sainte-Marie. (Photo : Chloé-Anne Touma)

Gilles Proulx espère être entendu par les candidates aux élections du district 3, Charles-Michel-De Salaberry, et par la future administration de Chambly pour que des changements en matière de sécurité routière et scolaire soient apportés autour de l’école Sainte-Marie.

Le bénévole, qui assure depuis six ans la sécurité des élèves de l’école, a exposé au journal les problèmes qu’il a relevés dans le périmètre, et les solutions qu’il espère voir trouver preneur au sein du conseil de Ville qui sera élu. « Je suis un spécialiste de gros chantiers en sécurité, et ma petite-fille fréquente l’école. J’ai été au sein du comité de circulation et j’avais fait des plans, en 2018, qui ont fait leur chemin. À peu près 90 % des travaux qu’il fallait nécessairement exécuter autour de l’école ont été réalisés, mais il reste un 10 % à compléter avant que je me retire de la scène au printemps », explique celui qui estime avoir fait son temps comme bénévole à l’école. « Le problème avec cette école, c’est qu’il y a eu du développement autour, et que faire des ajustements pour une école de 500 élèves, ce n’est pas comme pour une petite école de 200 élèves. La problématique n’est pas la même pour celle de Bourgogne, par exemple », suggère M. Proulx.

« Le problème avec cette école, c’est qu’il y a eu du développement autour (…) » – Gilles Proulx

Trois problèmes et des solutions

« À la sortie des autobus, lorsqu’ils arrivent par la rue Denault, j’avais dessiné un trottoir pour éviter que les véhicules stationnent des deux côtés », relate M. Proulx, images à l’appui en main pour illustrer les dangers du problème en hiver. Il attend « depuis le 13 mars 2019 » que sa proposition d’ajouter le trottoir se concrétise. Il relève un autre problème sur Oscar-Viau: « Les véhicules se revirent (de l’autre côté de la ligne jaune, en pleine rue). Il ne faut jamais qu’ils fassent cela, parce que les enfants marchent dans la rue et vont à l’école. » Il propose depuis longtemps l’imposition du sens unique durant certaines plages horaires pour remédier au problème. Puis, devant le stationnement des professeurs, sur les rues Denault et Benoît, où viennent les autobus, M. Proulx implore la future administration de s’attarder à faire ajouter un panneau qui interdira le stationnement sur trois mètres de chaque côté du coin de rue. « Lorsqu’une voiture y est stationnée, elle force l’autobus à longer le bord de la rue face au coin pour tourner et nuit à la visibilité, augmentant les risques pour un enfant d’être frappé », s’inquiète M. Proulx. Au même endroit, il souhaite que la Ville se charge de le remplacer par un brigadier lorsqu’il cessera d’y assurer lui-même la sécurité.

Des promesses électorales

La conseillère sortante et candidate au même poste pour Démocratie Chambly, Marie-Lise Desrosiers, a promis de porter « une attention particulière (aux) corridors scolaires », tandis que la candidate indépendante, Colette Dubois,  en fait aussi un cheval de bataille. Si elle est élue, elle compte « améliorer la sécurité routière » et « protéger les enfants » avec « de meilleures signalisations ».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jocelyn Viau
Jocelyn Viau
24 jours

Problème aussi de sécurité sur le boul. Anne-le-Seigneur. Les chauffeurs d’autobus ne veulent même plus faire traverser les élèves avec leurs feux clignotants car les automobilistes ne les respectent pas. Les chauffeurs laissent donc les élève du mauvais côté et exigent qu’un adulte les fassent traverser.