Incendie à Saint-Mathias: le thermostat défectueux aurait été trafiqué

Incendie à Saint-Mathias: le thermostat défectueux aurait été trafiqué

INCENDIE. À Saint-Mathias-sur-Richelieu, les Quirion ont évité le pire après qu’un incendie se soit déclaré dans leur salon, provoquant de lourds dommages. Une main criminelle pourrait avoir trafiqué le numéro de série de leur thermostat et l’avoir revend

L’affaire est d’autant plus inquiétante qu’un nombre indéterminé de ces thermostats trafiqués ont été vendus dans la région. Ces derniers pourraient donc être la cause d’autres défaillances électriques et entraîner des conséquences dramatiques.

«Si mon épouse était partie un petit peu plus tôt, la maison s’en allait au complet», s’insurge Robert Quirion, résident de la rue des Épinettes, à Saint-Mathias.

Le thermostat défectueux de marque UPM, cause de l’incendie, faisait partie d’une liste de modèles ayant fait l’objet d’un rappel de la part de Santé Canada en 2011 et 2015, qui informait les consommateurs que les unités peuvent surchauffer, produire de la fumée, endommager le mur et présenter un risque d’incendie.

Depuis juin 2011, les consommateurs et les détaillants ont signalé à Santé Canada 24 incidents où les thermostats ont surchauffé, fondu et endommagé le mur. Aucune blessure n’a été déclarée.

Les Quirion avaient de leur côté bien vérifié leur propre modèle au moment des rappels, mais le numéro de série de leur thermostat, acheté en 2010, n’en faisait pas partie.

«On a trafiqué les numéros de série, s’indigne M. Quirion. Par curiosité j’ai gratté le numéro de série, et en-dessous se trouvait bien le numéro de série concerné par le rappel.»

De lourds dégâts

«Ça a commencé le mardi 19 janvier dans l’après-midi. Mon épouse était à l’étage, elle se préparait à partir et soudainement le chien s’est mis à aboyer à cause du feu», raconte encore ému Robert Quirion.

L’incendie, qui s’est déclaré sur le thermostat du salon de la résidence familiale, s’est propagé au mur de pierre – aujourd’hui une perte totale – et le plafond de la pièce. Le pire a pu être évité grâce à l’intervention rapide d’un voisin.

«Il est pompier et a traversé ici en courant quand il a reçu l’appel de la Centrale, au lieu de se rendre au poste. Il a fermé le courant de la maison et a ouvert toutes les fenêtres pour faire sortir la fumée», poursuit le Mathiassois.

Les dégâts sont lourds, puisqu’on parle d’environ 10 000$ en frais de nettoyage et de réparation.

BMR se défend

Contactée par Le Journal de Chambly, la quincaillerie BMR qui a vendu le thermostat s’est déclarée victime dans cette affaire. «Nous n’avons absolument aucun lien avec le fabricant. Malheureusement, ce dernier avait un produit défectueux, et probablement qu’il aura falsifié le numéro de série à notre insu et à l’insu d’autres revendeurs de ce produit», indique la porte-parole de BMR, Stéphanie Couturier.

L’entreprise a également assuré qu’elle reprendrait tous les appareils défectueux dont le numéro de série aurait été falsifié achetés dans ses quincailleries. BMR n’a cependant pas pu fournir le nombre d’appareils défectueux vendus.

L’entreprise a enfin tenu à rassurer ses clients en mentionnant que toutes les actions qui devaient être enclenchées au sujet des thermostats défectueux se sont faites au moment du rappel, au mois d’avril 2015. Même si des numéros de série ont été falsifiés, «il n‘existe plus aucun de produits de ce fabricant qui a fait faillite sur nos tablettes, numéros de série ou pas».

Avertir la population

Pour les Quirion, il s’agit désormais «d’aviser la population de sortir ces thermostats défectueux au plus vite de leur maison. Si vous faites une recherche UPM et thermostat sur internet, vous allez voir qu’il y a eu d’autre. cas d’incendies causés par un thermostats défectueux au Québec», prévient le Mathiassois.

Des recherches ont permis de confirmer que des débuts d’incendies dus à des thermostats étaient effectivement répertoriés à Vaudreuil-Dorion, St-Basile, Rivière-du-Loup ou encore Pont-Rouge, sans pour autant permettre d’affirmer qu’il s’agissait de thermostats trafiqués.

Si aucune poursuite n’est à ce jour engagée par les Quirion, des recours sont possibles pour ces derniers. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires