Ils sont de retour

Photo de Jean-Christophe Noël
Par Jean-Christophe Noël
Ils sont de retour
Les pièges à crevaisons qui perforent les pneus ne sont ni plus ni moins qu'un carton agencé à une vis ou à un clou. (Photo : (Photos : Jean-Christophe Noël))

Après trois ans de répit, un secteur de Chambly se trouve à nouveau victime du dispositif artisanal causant des crevaisons.

« Ce que l’on veut, c’est que ça arrête », résument des citoyens. Le véhicule d’un couple de résidants préférant garder l’anonymat a été victime de la manigance. En circulant dans leur quartier, l’un des pneus de leur véhicule a été percé par le piège discret. Il leur en a coûté environ 50 $ de réparation.

Ledit piège est un morceau de carton d’environ deux pouces sur deux pouces, d’un quart de pouce d’épaisseur, muni d’un clou ou d’une vis au centre. L’extrémité piquante, érigée vers le ciel, devient fatale pour la matière qui la chevauche.

De la rue Martel jusqu’à Georges-Pépin, menant aux rues Robert Frigon et Béïque, le couple a trouvé plusieurs pièges. Au bout du chemin se trouve le OK Pneus Chambly. Le commerce a mentionné au journal ne pas avoir eu conscience de ce problème auprès de sa clientèle.

« Ce que l’on veut, c’est que ça arrête. » – Citoyens de Chambly

Aviser la population

Ces citoyens ont tenu à raconter leur histoire puisqu’ils souhaitent que leurs concitoyens soient avisés et qu’ils fassent preuve de prudence. Une personne non avisée peut aisément rouler dessus et faire une crevaison en voiture ou à vélo, ou même marcher dessus tant l’assemblage peut sembler inoffensif. « On se demande si ça concerne d’autres quartiers de la ville », se questionnent les citoyens.

Policiers avisés

Confrontés au retour des pièges, les Chamblyens ont contacté la Régie de police intermunicipale Richelieu-Saint-Laurent pour l’informer de la situation. Un policier est venu constater le méfait. « Des plaintes comme ça, ça finit par aller à la poubelle », citent les citoyens. Ceux-ci n’ont pas porté plainte, mais un rapport a été produit.

De son côté, la Régie de police intermunicipale Richelieu-Saint-Laurent mentionne au journal ne pas avoir eu de signalements à cet effet outre celui dont il est question ici.

Les personnes trouvant des pièges près de leur demeure, ou ayant été victimes de ce méfait, peuvent les signaler au Service de police au 450 536-3333. » Cela permettrait de mettre en lumière le territoire visé ainsi que le nombre de citoyens victimes de cette situation « , complètent les citoyens.

Partager cet article