Hausse marquée des cas de COVID et 6e vague en vue

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Hausse marquée des cas de COVID et 6e vague en vue
Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim. (Photo : capture d'écran)

Lors du point de presse de 11h ce matin, le directeur de la santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, a rapporté une hausse importante des cas de COVID au Québec, sans vouloir la qualifier de sixième vague. Aucune nouvelle restriction n’a toutefois été annoncée.

« (…) le Québec vit présentement une hausse, qui continue de s’installer (…) On ne peut pas confirmer, là où nous en-sommes, pour l’instant, qu’il s’agit véritablement d’une sixième vague. On sera en mesure de le confirmer lorsque les données seront cumulées sur plusieurs journées encore. »

2/3
C’est la proportion des cas de COVID identifiés comme étant le variant BA.2

Une hausse marqué des cas de COVID génère 60 % de congés supplémentaires chez les travailleurs de la santé, a indiqué M. Boileau, justifiant l’étendue de la transmission par les derniers assouplissements et les attributs du variant BA.2, sans toutefois annoncer le retour de certaines mesures.

Un appel à la vigilance

« Avec la levée de la plupart des mesures, on se préparait à une hausse de cas. C’était attendu. Il s’agissait pour nous d’un risque calculé avec les récents assouplissements, on est donc pas surpris (…) On voit notamment une augmentation de cas dans la population (…) de façon plus spécifique chez les travailleurs de la santé (…) Le variant BA.2 se transmet encore plus rapidement (…) Le variant BA.2 progresse. Il y a une semaine, on était déjà à 57 %, et on s’attend (…) à faire aisément le calcul qu’il y a au moins les 2/3 des cas qui sont des cas de BA.2 à travers le Québec », a réitéré M. Boileau, appelant à la vigilance des Québécois, mais surtout des personnes vulnérables.

« Les tests rapides sont disponibles en pharmacie. Toutes les personnes peuvent s’en procurer au moins une boîte à chaque 30 jours. Si le résultat est positif, on doit s’isoler. Et s’isoler veut dire rester à la maison, pour une période minimale de cinq jours à partir de la date du début des symptômes, ou du test rapide (…) on est tout de même contagieux pour une période de dix jours. »

L’augmentation des hospitalisations serait généralisée et observée dans plusieurs régions: la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue, le Bas Saint-Laurent, la Capitale-Nationale et la Chaudière-Appalaches. « La région de Montréal semble moins touchée au niveau de la hausse des hospitalisations. Il y en a, mais on voit que la transmission se répand partout au Québec, et que ça affecte tout le monde, donc toutes les régions. »

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires