Hausse des hospitalisations et des décès

Photo de Frédéric Khalkhal
Par Frédéric Khalkhal
Hausse des hospitalisations et des décès
François Legault, premier ministre du Québec. (Photo : capture d'écran )

Aujourd’hui, 73 450 personnes infectées par la COVID-19 au Québec. Une augmentation de 799 personnes par rapport à hier. Ce sont 7 nouveaux décès qui ont été rapportés. Le bilan évolue à 5 833 morts dans la province. Au Canada, la situation augmente aussi. Ce sont 156 655 personnes qui sont atteintes du coronavirus. Les décès sont au nombre de 9 325 depuis le début de la pandémie.

Ce sont 45 cas d’hospitalisation supplémentaire qui ont eu lieu aujourd’hui pour un total de 247 actuellement. Il y a 41 personnes sont en soins intensifs.

« Les chiffres d’aujourd’hui sont inquiétants. On l’avait prévu, l’augmentation des cas entraîne une augmentation d’hospitalisation et des décès », s’est inquiété le premier ministre François Legault lors de sa conférence de presse quotidienne avec le directeur de la santé publique, Horacio Arruda et le ministre de la Santé Christian Dubé.

Afin d’expliquer la fermeture des bars des restaurants ou encore des lieux culturels, le premier ministre a mentionné que la décision avait été prise « sur le critère des contacts prolongés. Dans un théâtre, il y a un risque après une heure ou deux, tout en sachant qu’il y a une importante transmission communautaire. Ce n’est pas le cas dans un commerce. »

M. Legault indique qu’il n’est pas impossible qu’il y ait de nouvelles mesures restrictives qui s’ajouteront, mais le message qu’il souhaitait passer aujourd’hui était adressé aux jeunes. « Près de la moitié des nouveaux cas vient des jeunes de moins de 30 ans. Il y a une conséquence dans la deuxième transmission. Cela met des vies en danger. Pas l’fun de mettre des contraintes dans vos vies sociales. Mais une bonne partie de la solution est entre vos mains. »

M. Legault a indiqué que de l’aide financière serait annoncée aux entreprises qui devront fermer leurs portes jeudi pendant 28 jours, du 1er au 28 octobre.

Le premier ministre a non seulement parlé d’une deuxième vague, mais d’une éventuelle troisième vague ou encore quatrième vague « tant qu’on n’a pas un vaccin. On a besoin de la collaboration de tous. »

Bientôt une application

Longtemps mise de l’avant par Ottawa, le gouvernement Legault devrait annonçait bientôt la mise en place de l’application de traçage mise en place par le gouvernement fédéral. « Oui nous aurons bientôt l’application. C’est une question de jour. Maintenant qu’elle est disponible, il va falloir avoir l’acceptation publique pour y mettre son nom », d’expliquer M. Dubé.

L’application en question permet à la personne qui s’y inscrit de manière anonyme de dévoiler à l’entourage qu’il a côtoyé qu’il a été en contact avec une personne qui a la COVID-19. M. Legault a tenu a précisé que cette application a été « payée par le fédéral ».

Demain le point de presse portera sur l’application des mesures par les policiers, barrage routier, intervention dans les maisons, gestes posés pour ceux qui ne portent pas le masque.

En Montérégie

Quelques heures après la conférence de presse du gouvernement, la directrice de santé publique de la Montérégie, la Dre Julie Loslier, faisait a son tour le point avec la presse sur la Montérégie.

Elle a confirmé la recrudescence du virus dans la région depuis septembre  » à un rythme accéléré. Nous avons atteint hier (lundi 28 septembre) 100 cas en 24 heures.  » L’agglomération de Longueuil, sans surprise car la plus populeuse, est la zone la plus touchée avec 40 % des cas répertoriés.

L’explication que donne Mme Loslier dans le fait que les 82 municipalités de la CMM soient entrées dans la zone rouge, palier maximal de sécurité pour la santé publique face à la COVID-19,  » est que dans les dernier 7 jours, le taux d’infection dans la CMM est plus élevé qu’à l’extérieur.  »

De la même manière que partout au Québec, la deuxième vague en Montérégie affecte aujourd’hui plus de jeune.  » Il y a 50 % des cas répertoriés qui concerne des jeunes de moins de 30 ans dans une transmission qui est communautaire. Ces derniers ont en moyenne 30 à 40 contacts car ces gens circulent plus. Cela rend les enquêtes de la santé publique beaucoup plus complexe.  »

65 éclosions actives

En Montérégie, aujourd’hui, 65 éclosions de la COVID-19 sont actives. Ces cas sont répertoriés à 40 % dans les différents milieux de travail et à un tiers dans le milieu scolaire.  » Les cas recommencent à apparaître dans les milieu de vie pour aînés « , précise la docteure qui reconnaît qu’il est difficile pour la santé publique d’être très précis quant aux cas répertoriés dans des lieux culturels ou encore dans des bars et restaurants, des lieux qui seront jeudi fermés dans la zone rouge.

La Montérégie est partagée en deux zones. Les villes dans la CMM qui sont en zone rouge, et les autres désormais toutes en zone orange.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires