Grève annoncée ?

Photo de Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Par Julien Dubois (Initiative de Journalisme Local)
Grève annoncée ?
Autobus Chambly est une entreprise familiale sur trois générations. (Photo : Julien Dubois)

Le syndicat CSN a affirmé que les chauffeurs d’Autobus Chambly seront en grève pendant une semaine. Ils protestent contre leur taux salarial actuel.

La grève a été votée lors de l’assemblée de mercredi dernier. Elle devrait avoir lieu, sauf changement, du 29 novembre au 5 décembre. « Ce n’est pas de gaieté de coeur, explique Alain Morel, chauffeur à Autobus Chambly depuis un an et porte-parole du syndicat STTAC-CSN. L’impasse dans la négociation actuelle ne nous laisse pas d’autre choix. Après avoir reçu une offre finale et globale de la part de l’employeur qui n’est pas à la hauteur, nous avons à notre tour déposé une offre finale et globale que nous considérons juste et qui tient compte du rattrapage salarial essentiel à la survie de notre secteur. »

Une hausse significative exigée

Le conflit entre les chauffeurs et la direction d’autobus Chambly porte sur le salaire, tournant autour de 20 à 21 $ de l’heure actuellement. « Il faut comprendre que ça fait plus de 20 ans que les conductrices et les conducteurs de véhicules scolaires se battent pour une reconnaissance de leur difficile métier et que, dans bien des cas, les salaires décents ne sont toujours pas au rendez-vous, souligne Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie-CSN. Les bris de service aux parents des élèves qui doivent se déplacer en autobus et les circuits en retard ou même annulés sont monnaie courante. Avec un horaire fractionné, on demande à ce monde-là de veiller sur 72 enfants derrière leur siège, de gérer la discipline et la possible violence, bref, on leur en demande beaucoup. »

Une entreprise familiale

Les syndicalistes reprochent principalement à l’entreprise de ne pas avoir effectué de réévaluation de salaire après l’octroi d’un budget supplémentaires lors de négociations avec le gouvernement. « Autobus Chambly a reçu 15 à 30% de bonifications sur ses contrats, assure Alain Morel. Cela lui donne une largesse financière afin de bien rémunérer ses conductrices et ses conducteurs. Le secteur éprouve des problèmes d’attraction et de rétention des employés. C’est une menace permanente et quotidienne sur le service aux élèves que nous offrons. La solution est de garantir de meilleurs salaires. »

Les chauffeurs effectuent un premier shift le matin pour amener les enfants à l’école. La deuxième banque d’heures travaillées a lieu en fin de journée, au moment de ramener les enfants à leurs domiciles. En cas de grève, la commission scolaire de Riverside sera touchée tout comme les trois centres de services scolaires d’Haute-Rivière, de Marie-Victorin et des Patriotes.

» J’ai proposé une augmentation de 19% du salaire des chauffeurs ayant au moins trois ans d’ancienneté. » – Isabelle Robert

Il est annoncé que tous les chauffeurs seront en grève. Isabelle Robert, Vice-Présidente d’Autobus Chambly, regrette que les négociations soient terminées pour le moment. « Nous avons reçu une augmentation de 16,60% d’indexation sur nos contrats. J’ai proposé une augmentation de 19% du salaire des chauffeurs ayant au moins trois ans d’ancienneté. Cela portait leur salaire à 25$/h. Les syndicats ont refusé. Leur contre-offre dépassait de loin mon budget. J’ai l’impression que ce sont les syndicats qui dirigent et non les chauffeurs. » 

La dirigeante est forcément déçue de la tournure des événements mais espère une issue prochaine. « Nous avons toujours été bienveillants avec nos employés. J’imagine que c’est la hausse du coût de la vie qui engendre ce type de comportements. En tout cas, nous laissons la porte ouverte si des chauffeurs souhaitent venir nous aider. »

Partager cet article