La venue de Gaya à la Résidence des Bâtisseurs

Photo de Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
Par Chloé-Anne Touma (Initiative de journalisme local)
La venue de Gaya à la Résidence des Bâtisseurs
Gaya égaie la vie des résidents à la Résidence des Bâtisseurs de Chambly. (Photo : courtoisie)

Bien qu’elle soit victime d’une nouvelle éclosion, la Résidence des Bâtisseurs n’entend pas laisser la COVID lui saper le moral. Comment s’y prend l’établissement pour garder ses résidents en forme et de bonne humeur?

La RPA aborde la nouvelle vague de la pandémie avec beaucoup plus de sérénité que lors des éclosions précédentes. « Disons qu’on en est à la sixième vague, ce qui fait qu’on a acquis de l’expérience, entame la directrice générale, Laurence Béland. On a 11 cas positifs parmi les employés et résidents, mais tout est sous contrôle, le personnel étant vacciné à 90 %, et les usagers à 99 %. Les symptômes sont légers. Nos résidents vont bien, ils peuvent se promener un peu dehors et profiter de la venue du printemps. »

« On trouvait qu’il manquait un peu de vie dans certaines aires et dans les couloirs. On a donc fait le grand saut (…) » – Laurence Béland

Un chien de compagnie

Mais ce qui maintient vraiment le moral des troupes, c’est la présence, depuis seulement deux semaines, de la chienne  Gaya, fidèle compagne de race labrador. Âgé de seulement trois mois et demi, l’animal côtoie les résidents et le personnel dans les aires communes, comme le salon et les bureaux, avec pour seule mission d’égayer le milieu de vie.

« C’est vraiment un service offert à l’interne. Avec la Résidence Des Bâtisseurs à Matane, nous sommes les deux seuls établissements à l’offrir. On a tenu beaucoup d’activités de zoothérapie pour les résidents. » Charmés, ces derniers ont exprimé le désir d’avoir la compagnie d’un chien. « On trouvait aussi qu’il manquait un peu de vie dans certaines aires et dans les couloirs. On a donc fait le grand saut, et l’ambiance n’en est qu’améliorée », de remarquer Mme Béland.

La chienne est encore en période de dressage, sous la responsabilité du directeur de la maintenance. « Avant de pouvoir la promener partout, on veut vraiment qu’elle soit bien dressée. On souhaite éventuellement l’emmener dans les unités de soins lorsque ce sera possible. Pour l’instant, elle est très douce. C’est vraiment un bon labrador! », de rapporter la directrice.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires