Le Garde-Manger de François mis en vente

Photo de Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Par Chloé-Anne Touma | Initiative de journalisme local
Le Garde-Manger de François mis en vente
Le Garde-Manger de François est mis en vente par son propriétaire. (Photo : archives)

Le propriétaire du Garde-Manger de François, établi depuis 12 ans à Chambly, met son commerce en vente.

Il y a quelques semaines, Chambly apprenait la fermeture prochaine du commerce Les d’Oeufs copines, dont les propriétaires oeuvrent sur la scène locale de la restauration depuis 14 ans. Aujourd’hui, c’est le chef François Pellerin, propriétaire de la boulangerie Le Garde-Manger, qui dira adieu à son commerce, réputé pour ses pains, viennoiseries et mets appréciés dans la région.

Des circonstances imprévues

M. Pellerin a démarré la boulangerie Le Garde-Manger et le café attenant, au 2403, avenue Bourgogne, en 2009. Depuis, il a aussi ouvert le Garde-Manger Express sur le boulevard de Périgny. « Tout cela sera vendu », a-t-il confirmé au journal.

« Ce n’est pas ce qui était prévu. Sylvie étant condamnée par la maladie, j’ai décidé de lui consacrer mes prochaines années (…) » – François Pellerin

« Si je mets la boulangerie en vente, c’est parce que ma conjointe Sylvie et moi avons appris le retour de son cancer. » Les deux greffes de cellules souches reçues en 2017 n’auront malheureusement pas eu raison de la maladie dont est atteinte la conjointe de M. Pellerin, puisque le myélome multiple dont elle est frappée « est là pour de bon ».

« Il faut que je prenne du recul. La vie, à un moment donné, nous force à prendre des décisions. Dans mon cas, c’est le temps qui me pousse à vendre. Ce n’est pas ce qui était prévu. Sylvie étant condamnée par la maladie, j’ai décidé de lui consacrer mes prochaines années, car plus son cancer va progresser, plus ce sera difficile. Je vais essayer de profiter au maximum du temps de qualité qu’il nous reste pendant qu’elle conserve sa mobilité. »

Vendre, mais sous plusieurs conditions

M. Pellerin rapporte que s’il a renoncé à signer la vente qui aurait pu se conclure « discrètement » avec un acheteur potentiel, c’est que les termes de l’entente ont changé en cours de route. « Je voulais que la formule de la boulangerie reste telle quelle, ou qu’elle soit améliorée. À l’étape de conclure, l’acheteur a signifié son désir de fermer carrément la boulangerie sur l’avenue Bourgogne, et je n’étais pas d’accord. C’est la vocation première de la bâtisse. Un acheteur serait fou de ne pas conserver la boulangerie, à moins d’être une bannière comme Première moisson ou Pain doré, qui ne cherche qu’un comptoir de vente dans le centre-ville. Je vends la boulangerie telle quelle, et c’est une entreprise qui est rentable. J’ai trimé pendant 12 ans, cela n’a pas été facile, mais le commerce a eu le vent dans les voiles malgré tout. » La vente se fera donc à condition que la fonction de boulangerie demeure, tout comme la trentaine d’employés. Quant au choix du nom de la bannière, il sera à la discrétion de l’acheteur.

En rétrospective, M. Pellerin reconnaît qu’ « Il y a aussi eu des années difficiles. J’ai fait l’erreur d’ouvrir à Longueuil. J’ai dû subventionner les opérations pendant cinq ans pour le marché de Longueuil, ce qui m’a coûté très cher. Cela a amené déficit par-dessus déficit. Mais ça fait partie du jeu. En affaires, on prend des bonnes et des mauvaises décisions. L’important est d’en prendre des bonnes plus que des mauvaises! »

S’il dit adieu au Garde-Manger, ce n’est pas pour autant qu’il compte disparaître de la scène socioéconomique de Chambly, puisqu’il vient de se joindre à la table consultative Développement économique et achat local, tel qu’annoncé hier par le conseil municipal lors de sa séance ordinaire.

« Je vais rester dans le décor. Je reste aussi membre du conseil d’administration de la Corne d’abondance, où notre projet de service de traiteur à développer avec l’école secondaire de Chambly et ses élèves, est toujours en branle. Je vais rester actif à Chambly, mais j’aurai plus de temps libre. Je veux pouvoir redonner à la population de Chambly, qui m’a toujours encouragé. »

Toute personne « sérieuse » qui aimerait faire l’acquisition du Garde-manger de François est invitée à communiquer avec son propriétaire, en appelant au 514-774-6114 ou en lui écrivant à fpellerin@gardemanger.biz d’ici la fin du mois, avant que le mandat de courtage ne soit confié à un intermédiaire.

Question aux lecteurs :

Comment réagissez-vous à la mise en vente du Garde-Manger de François?

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ann-Marie Gélinas
Ann-Marie Gélinas
4 mois

Je suis en deuil. Mes enfants et moi avons une tradition : tous les deux dimanches, nous marchons du bassin jusqu’au Garde-manger, beau temps mauvais temps, pour aller nous chercher des amandines fraîches et des lattés. Puis nous allons déguster notre butin sur un banc, au beau milieu de la rue de Richelieu, parmi les passants, avant de regagner la voiture à pied, repus et heureux.

Je suis attristée par la disparition de la bannière. Je comprends néanmoins la démarche de François – qui est noble et humaine – et j’aurai une petite pensée pour sa femme et lui chaque fois que je passerai devant le commerce.

On leur souhaite bon courage. Merci pour ces belles années de délices mémorables.